Le problème de la restauration perdure à Bouandas (Sétif) : La scolarité de centaines d’élèves perturbée | El Watan
toggle menu
mercredi, 16 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191016





Le problème de la restauration perdure à Bouandas (Sétif) : La scolarité de centaines d’élèves perturbée

28 septembre 2019 à 9 h 00 min

Pour un banal problème de cantine,  la scolarité de centaines de lycéens et collégiens de Bouandas, chef-lieu de daïra situé à 75 km de Sétif, est perturbée. Privés du repas de midi, les élèves du lycée Tahar Arghib et des collèges Larbi Issaadi et Abdelhafid Benamraoui d’Izourar sont contraints de zapper les cours de l’après-midi.

La mini-grève des élèves de Bouandas a été déclenchée au milieu de la semaine dernière. Oubliant que «gouverner c’est prévoir», les responsables de la direction de l’éducation de Sétif n’ont pas pensé à remplacer à temps le cuisinier du lycée.

La cantine de l’établissement est sans cuistot, car l’ex-maître des lieux est parti en retraite, au grand dam des élèves, obligés de payer les pots cassés d’une aléatoire gestion des ressources humaines du secteur. Les élèves des collèges précités et des écoles primaires ne sont pas mieux lotis.

Notons que ce nouveau débrayage intervient quelques jours après le déplacement de la commission dépêchée par la direction de l’éducation, qui n’a pas réglé le problème.

Selon nos sources, cédé temporairement pas la commune de Bouandas, le hangar qui devrait faire office de cantine attend son aménagement et son équipement.

Les tergiversations des responsables concernés irrite au plus haut degré les parents, qui reprennent attache avec El Watan. «La patience a des limites. Gavés par des promesses sans suite, on demande l’intervention rapide et concrète des autorités locales  et à leur tête le wali.

Nous interpellons le premier responsable de la wilaya pour qu’il mette un terme aux tergiversations des responsables concernés. On demande tout simplement une cantine dotée du matériel adéquat et de moyens humains. Il ne faut pas oublier qu’un tel problème perturbe grandement la scolarité de nos enfants», tonnent nos interlocuteurs, inquiets. 

Cet autre cri de détresse  des gens de Bouandas, où les lycéens n’ont toujours pas le moindre espace pour l’éducation physique et sportive, sera-t-il entendu par les différentes instances ? La question est posée.    


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!