Sétif : Grogne des habitants de Lahchama | El Watan
toggle menu
mardi, 07 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Sétif : Grogne des habitants de Lahchama

03 mai 2021 à 9 h 10 min

Perdurant depuis des années, le calvaire des habitants de Lahchama, un espace n’ayant rien de cité résidentielle, ne s’estompe toujours pas.

Soumis au diktat de certains propriétaires de bus faisant d’une parcelle abandonnée un parking et un garage de maintenance à ciel ouvert, les infortunés riverains crient leur ras-le-bol. Ne sachant à quel saint se vouer, les résidants ont failli vivre, le 26 mars dernier, un véritable drame. Soudain, les freins d’un bus lâchent. Déchaîné, l’engin réformé sous d’autres cieux déracine un arbre. Il «froisse» par la suite un véhicule de tourisme en stationnement.

L’incident n’a heureusement fait aucune victime. Il a par contre ébranlé la précaire quiétude d’une population s’expliquant mal le silence radio des autorités et singulièrement du président de l’Assemblée communale alerté par une première doléance, le 2 septembre 2019 (dont El Watan détient une copie).

Le mutisme du premier magistrat de la ville, pourtant responsable de la sécurité des biens et des personnes, irrite au plus haut point les citoyens et particulièrement la victime du tacot. «Les propriétaires des bus et des camions nous empoisonnent la vie. En plus des nuisances sonores, le terrain vague s’est transformé au fil des années en un garage à ciel ouvert, fonctionnant même les vendredis. Transmise en 2019 à l’ex-wali et au P/APC, notre pétition pointant du doigt le présent problème, la défaillance de l’éclairage public, l’insalubrité des lieux, est malheureusement restée lettre morte. En dépit d’une indifférence ne disant pas son nom, nous avons relancé le P/APC, le 8 avril dernier, mais point de répondant. Le bien-être du citoyen n’est apparemment pas le souci majeur de la commune de Sétif. Face à ce silence de cathédrale, nous sommes contraints de faire appel au wali pour qu’il vienne à notre secours et mettre un terme à un cauchemar qui n’en finit plus», maugrée Hocine B., attendant avec impatience l’épilogue de l’insoutenable feuilleton.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!