Déprime et colère des chauffeurs de taxi | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Déprime et colère des chauffeurs de taxi

31 mai 2020 à 9 h 25 min

Sommés de ranger leur outil de travail et gagne-pain dans le garage, les chauffeurs de taxi acceptent non sans grincement de dents.

Générant un important manque à gagner, le chômage technique imposé par la pandémie du coronavirus ayant occasionné d’incommensurables dommages, indispose les taxieurs outrés par la passivité des forces de l’ordre ne faisant rien pour sanctionner et verbaliser les clandestins, lesquels profitent de l’aubaine pour prendre la place des taxis et réaliser le cas échéant de très belles affaires. Covid-19 ou pas, les clandestins ont le moins que l’on puisse dire tiré leur épingle du jeu tout au long du mois de Ramadhan.

D’habitude, le mois sacré est une période faste pour les taxis, fait l’affaire des clandestins engrangeant d’importantes recettes sans la moindre taxe, au grand dam des professionnels du taxi, ruminant leur colère. «Les taxieurs ont été empêchés d’exercer, alors que, les clandestins exonérés d’impôts et de la moindre charge ont continué à voler la croûte des autres au vu et au su de tout le monde.

La passivité des agents de l’ordre qui ont fermé les yeux et laissé faire a accentué notre déprime et donné des ailes aux clandestins qui ont bien bossé durant le Ramadhan. Se retrouvant dans le dénuement total, de nombreux collègues ont été contraints d’emprunter le chemin des clandestins.

Pour subvenir aux besoins de leurs familles, des taxis ne pouvant faire autrement ont franchi le pas. L’interdiction d’exercer pénalise fortement la profession. Nous demandons aux pouvoirs publics de prendre en considération le problème des taxis sans le sou depuis le début de la pandémie. Nous avons des familles à nourrir. Perdurant depuis plus de deux mois, notre situation s’aggrave de jour en jour.

Nous sommes disposés à appliquer à la lettre l’obligation du port du masque aussi bien pour le taxi urbain que pour l’inter wilaya, le plus touché par la crise» révèlent à El Watan non sans dépit de nombreux taxieurs fustigeant les deux poids deux mesures.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!