Cadre de vie déplorable à Sétif : Des citoyens haussent le ton | El Watan
toggle menu
jeudi, 17 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191017





Cadre de vie déplorable à Sétif : Des citoyens haussent le ton

08 septembre 2019 à 9 h 04 min

La non-gestion de la ville, tombant d’en haut, ne laisse pas indifférents les citoyens, irrités par la dégradation effrénée de leur cadre de vie, n’offusquant guère les locataires de l’Hôtel de Ville.

Pour de nombreux citoyens qui se sont rapprochés, hier, d’El Watan, la situation est «intenable». «Les fausses promesses des responsables, oubliant que les paroles s’en vont et les écrits restent, ne tiennent plus la route», précisent nos interlocuteurs, à bout. Traînant la patte depuis de longs mois, la réfection de certains points d’un réseau routier crevassé de partout est la goutte de trop. «Si les gens ne sont pas capables d’achever une réhabilitation d’un petit tronçon de 300 ou 400 mètres, ils ne peuvent conduire les affaires d’une grande agglomération comme Sétif», tonnent les citoyens.

Et d’enchaîner : «Ayant pris l’engagement d’améliorer substantiellement la situation de la ville, bien avant la rentrée sociale, l’engagement du wali, qui n’a pourtant pas lésiné sur les moyens, n’a pas été concrétisé par le P/APC et son équipe. Si on n’a pas bitumé les tronçons de Cinestal, d’El Gasria, des 750 Logements, Dallas, Aïn Mouss et de la cité des Combattants durant l’été, on ne peut le faire pendant la saison des pluies qui arrive à grandes enjambées.

Après une saison caniculaire poussiéreuse, on risque de passer un hiver boueux. On s’en fiche des justifications de ces gens. Pour se dédouaner, ils trouvent à chaque fois le moyen de jeter la balle sur l’autre. Au lieu de mobiliser les moyens nécessaires pour boucler des opérations de rien du tout, la commune affiche non seulement son indifférence, mais nous empoisonne la vie.

Nous interpellons le wali pour qu’il mette fin à ce feuilleton tragi-comique.» Nos interlocuteurs n’ont pas omis de fustiger les services du nettoiement, inscrits aux abonnés absents dans divers coins de la ville. «Les éboueurs, ainsi que les camions de ramassage des ordures ménagères, font ces jours-ci l’école buissonnière. L’insalubrité n’épargne aucun coin de la ville.

Les responsables ont failli à leur mission. On n’a donc pas le droit de cacher le soleil avec un tamis», conclut le groupe de citoyens, attendant avec impatience la réaction des autorités locales. Le bras de fer opposant depuis des mois 22 élus (toutes tendances confondues) et le P/APC, «invité» à déposer sa démission, envenime la situation, qui ne va pas s’arranger de sitôt.

Au lieu de parer au plus pressé, les éminences grises de la municipalité, ne se souciant guère des multiples avenants bloqués dans les tiroirs, prennent tout leur temps. Ils préfèrent organiser une assemblée ordinaire, le 18 septembre courant.

D’ici là, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts d’une ville se laissant aller à vau-l’eau. Pour éviter le naufrage de la cité séculaire, ne pouvant attendre une énième session ordinaire d’une assemblée ayant montré ses limites et son incapacité à gérer la cité, l’intervention du chef de l’exécutif, en mesure de rassurer des citoyens outrés et de relancer le moteur d’une machine en panne, est une urgence absolue.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!