BADR de Jijel : Un mois de portes ouvertes | El Watan
toggle menu
mardi, 07 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



BADR de Jijel : Un mois de portes ouvertes

26 avril 2021 à 9 h 10 min

La Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) de Jijel a lancé des Journées portes ouvertes qui s’étaleront sur un mois, soit jusqu’au 15 mai prochain.

Ces journées d’information se tiennent devant le siège de la BADR, à l’avenue Émir Abdelkader.

Sur les lieux, des informations sont données sur les différents produits, notamment les comptes épargne Tawfir (livrets d’épargne BADR, Fellah et Junior), le leasing (crédit-bail) pour l’acquisition de machine et de matériel agricole, le crédit Ettahadi, un crédit bonifié par l’État ou encore le R’fig, crédit d’exploitation bonifié lui aussi et destiné à l’accompagnement des agriculteurs et éleveurs.

Warda Silem, la directrice par intérim de l’unité de Jijel nous dira que ces portes ouvertes ont été organisées sous l’égide de l’association des banques et des établissements financiers (ABEF) et d’expliquer que la BADR cherche à se rapprocher du citoyen et vise à vulgariser et dynamiser l’inclusion financière par le biais de la bancarisation, des facilitations accordées et la gratuité de certains produits et services bancaires citant en exemple la carte et le e-banking.

Concernant la finance islamique, on nous indiquera que l’ancien siège de la BADR de la rue Larbi Ben M’hidi à Jijel, remis à neuf, va accueillir ce service qui sera ainsi détaché de la banque classique. Pour les paiements électroniques, il y a lieu de remarquer que sur le terrain, la généralisation de l’utilisation des terminaux de paiement électronique (TPE) demeure encore timide.

Pour la BADR-Jijel, on saura que depuis 2016, 338 TPE ont été reçus alors qu’actuellement seulement 74 sont installés chez les clients de la banque alors que 253 ont fait l’objet de désistement pour diverses raisons, dont la cessation d’activité, la non-utilisation, les pannes. Il faut dire aussi que les reculades des pouvoirs publics dans ce domaine n’aident point les établissements bancaires et n’inspirent pas la confiance chez les citoyens.

Ainsi après avoir ajourné en 2006 les dispositions du décret 05-442 imposant que «tout paiement excédant la somme de 50 000 DA doit être effectué par chèque», voilà que la loi de finances pour 2021 annonce le report au 31/12/2021 de l’obligation faite aux agents économiques de mettre à la disposition du consommateur de TPE.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!