Sadeg de Jijel : Le syndicat dénonce, la direction dément | El Watan
toggle menu
samedi, 08 août, 2020
  • thumbnail of elwatan08082020




Sadeg de Jijel : Le syndicat dénonce, la direction dément

24 juin 2020 à 9 h 00 min

Le syndicat UGTA de l’unité de Jijel de la société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz (Sadeg), filiale de Sonelgaz, s’est fendu par deux fois de communiqués dans lesquels il dénonce dans le premier daté du 4 juin dernier «les graves dépassements dont l’agression du secrétaire de section syndicale et son interdiction d’accéder au siège de la société et la marginalisation du partenaire social».

Dans le plus récent, daté du 20 juin et signé par, outre le coordinateur, les secrétaires des sections de Jijel et El Milia, il est recensé «la révocation de 3 agents, des sanctions de 2e et 3e degrés contre certains travailleurs, l’envoi de 40 questionnaires à 5 agents, la non-prise en charge des préoccupations des travailleurs en ce qui concerne la sécurité et la prévention et l’inégalité dans le traitement des dossiers disciplinaires», avant d’appeler les travailleurs à «se solidariser entre eux» et formuler à l’occasion des requêtes écrites.

Contacté à ce propos, le directeur de l’unité de Jijel de la Sadeg, Akli Chérif Hadjer, nous dira en réponse aux griefs avancés par le syndicat UGTA que «le fonctionnement de la direction se fait selon les procédures et les textes réglementaires en vigueur visant à assurer le maintien du service de manière complète et permanente pour tous les clients».

Et d’ajouter une coordination avec le partenaire social dans le cadre de la transparence et du sens de la responsabilité et que les conditions et l’environnement de travail sont bons.

En ce qui concerne la prévention, M. Hadjer affirme que le personnel a été doté de masques et moyens de protection et de lâcher qu’il ne s’agit pas d’un conflit syndical mais de manquements avérés aux devoirs professionnels, ajoutant que les agents touchés par des révocations l’ont été par la commission de discipline pour des faits graves. Les sanctions et les questionnaires envoyés entrent aussi dans le cadre des faits similaires pour lesquels les agents impliqués devront répondre devant la commission de discipline.

Il fera par ailleurs remarquer à propos du syndicaliste qui dit avoir été agressé, que «le représentant syndical est poursuivi en justice pour un délit d’agression sur un agent de sécurité et bris de glace de la porte d’entrée de la direction, en dehors des heures de travail et durant le confinement (après 19h), lors de sa tentative d’accéder aux bureaux de la direction pour récupérer des documents à charge relatifs à sa responsabilité directe dans la mauvaise gestion qui a causé des dommages à l’établissement et pour laquelle il devra répondre devant la commission de discipline une fois son congé de maladie consommé, d’autant que les instances syndicales dont il dépend ont été informées».



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!