Pénétrante autoroutière Djendjen-El Eulma : Le projet complètement à l’arrêt | El Watan
toggle menu
samedi, 08 août, 2020
  • thumbnail of elwatan08082020




Pénétrante autoroutière Djendjen-El Eulma : Le projet complètement à l’arrêt

18 juillet 2020 à 9 h 40 min

Faute essentiellement de financement, le projet de la pénétrante autoroutière Djendjen (Jijel) – El Eulma (Sétif) est complètement à l’arrêt.

C’est ce que nous avons pu conclure des différentes déclarations émises mercredi dernier à l’occasion de la sortie sur site ayant réuni les élus de l’APW à leur tête son président, Hocine Brinet, et Ali Berbache, le chef de projet de l’ADA (Agence des autoroutes) et ses collaborateurs.

Ce dernier ne manquera pas d’ailleurs de relever, outre les insuffisances dans l’étude d’avant-projet détaillé et certaines modifications, le retard du paiement des situations mensuelles ce qui rend les délais et la planification difficilement maîtrisables.

Le P/APW s’est montré très irrité par certaines explications relatives à certaines contraintes liées notamment aux oppositions des riverains, aux recherches de carrières ou de gites d’emprunts pour les remblais qui demeurent d’actualité 6 années après la remise de l’ordre de service de début
des travaux en mars 2014. Lors d’une visite effectuée sur site au début du mois de septembre 2018, on nous avait avancé un taux de 35%.

Pratiquement deux années après, et plus de 6 années depuis le lancement des travaux, le taux d’avancement n’est que de 42% pour l’ensemble du projet et 45% pour le tronçon de la wilaya de Jijel qui court sur 45 km. Pour ce qui est de la consommation financière, elle s’établit à 35% du montant du marché.

Les travaux relatifs aux aménagements hydrauliques sont à 45%, les ouvrages d’art ont connu un avancement de 44%, ceux du lot routes sont à 38% alors que les travaux de stabilisation des deux accès au tunnel bitubes sont achevés à 100%.

Pour ce qui est des deux tubes du tunnel de respectivement 1882 m et 1832 m, le creusement est à 64%.

Avant l’arrêt des travaux, le creusement s’effectuait à raison de 8 m par jour au niveau des deux tubes et des côtés nord et sud. D’un montant global de 176,987 milliards de dinars, le projet confié au groupement algéro-italien comprenant Rizani De Echer, l’ETRHB de Ali Haddad et Sapta auxquels s’est jointe la turque MAPA pour le tunnel, devait être livré au bout de 60 mois, soit en mars 2019.

Mais au vu des contraintes particulièrement financières qui plombent l’avancement des travaux, l’autoroute ne devrait pas être livrée, avant 2025 si les mêmes conditions perdurent.

Et pour cause. Outre les crédits de paiement, rien que la réalisation du viaduc haubané de Beni Yadjis, qui attend une validation officielle depuis près de trois ans, un délai de 36 mois est nécessaire pour son achèvement.

Ce dernier a été rendu nécessaire pour éviter un rayon de courbure contraignant du côté de Beni Yadjis où des travaux de confortement coûteux devaient être menés. L’idée de réaliser un viaduc, certes avec un montant plus élevé, sera assurément, soutient-on, meilleure du point de vue confort et respect des normes étales.

Les techniciens soutiennent qu’il est incohérent de réaliser une autoroute avec un tronçon où la vitesse devrait être abaissée à 70 km/h par rapport vitesse de référence de 110 km/h !



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!