L’artiste peintre Mokhtar Boumedjane honoré par « Jijel Antique » | El Watan
toggle menu
jeudi, 06 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE DE L’ARTISTE

L’artiste peintre Mokhtar Boumedjane honoré par « Jijel Antique »

11 juin 2020 à 9 h 15 min

La célébration, mardi dernier, de la journée de l’artiste en cette période de la Covid-19, a été mise à profit à Jijel par l’association «Jijel antique» pour honorer l’artiste peintre, Mokhtar Boumedjane lors d’une cérémonie très restreinte et intime, en son atelier, à la cité Ben Achour.

Connu sur la scène artistique jijelienne depuis au moins une quarantaine d’années, Mokhtar Boumedjane est natif de cette ville en 1961, où il a suivi son cursus scolaire jusqu’au lycée El Kendy.

Après une formation à l’Ecole des beaux-arts d’Alger à partir de 1980, il suivra par la suite une formation pédagogique à l’institut de formation des professeurs de l’enseignement du dessin avant d’intégrer ce corps à partir de 1983 au niveau du lycée El Kendy de Jijel.

Parallèlement à l’enseignement, Mokhtar s’est beaucoup investi pour parfaire son travail et son style en multipliant toiles à l’huile et aquarelles, voguant au gré des thèmes du lyrisme au figuratif ou au réalisme.

Dès la fin des années 1980, il a organisé des expositions individuelles notamment en 1989 à Jijel et Saint Venant (France), en 1991 à Béjaïa et Constantine et en 1992 à Côme (Italie), ville où exposera une deuxième fois en 1992 dans le cadre d’une exposition collective.

Suivront d’autres expositions similaires à Souk Ahras en 1999, Jijel en 1999, et Montréal (Canada) en 2002.

L’artiste a aussi travaillé pour des institutions et des entreprises en réalisant des œuvres pour leurs collections.

On relèvera à ce propos les agences bancaires de la BEA (Jijel et Sétif), BADR (Jijel et Taher), la CABanque (Jijel et Alger) pour laquelle il a notamment conçu aussi un calendrier, La NR de Jijel, Algérie Poste (Jijel) et l’association Circolo Fratellanza (Cercle de la fraternité de Legnano en Italie).

Les communes de Jijel et l’Emir Abdelkader ont eu recours à ses talents pour des fresques et des oeuvres ainsi que la wilaya, l’université et la direction de l’habitat.

En 1996, se basant sur d’anciennes photographies ou cartes postales, il s’est attelé à peindre près de 200 aquarelles représentant les anciennes rues et places de Jijel, ses édifices, son port, des scènes de vie et des personnages comme le défunt Da Rebouh, le vendeur de lait, aveugle qui arrivait sur le dos de son âne.

Ce travail sera couronné par la publication d’un livre intitulé «Jijel en aquarelle» qui reprend une bonne partie de ces dessins de peinture à l’eau.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!