Jijel : Interdiction des marchés aux bestiaux et des fêtes de mariage | El Watan
toggle menu
samedi, 08 août, 2020
  • thumbnail of elwatan08082020




Jijel : Interdiction des marchés aux bestiaux et des fêtes de mariage

04 juillet 2020 à 9 h 05 min

L’approche de l’Aïd El Adha, la wilaya de Jijel, a interdit les marchés à bestiaux, que ce soit au niveau des souks ou des cités. L’arrêté, signé par le wali ce 30 juin, précise que l’interdiction est valable pour n’importe quel type de bête en tout lieu de la wilaya.

Par ailleurs, un autre arrêté de wilaya, daté de la même journée, interdit, quant à lui, l’organisation de fêtes de mariage et des cortèges lors ce ces réjouissances. Le même arrêté interdit aussi les rassemblements lors des funérailles et le dressement de chapiteaux pour les condoléances, ajoutant que les présents doivent se limiter aux membres de la famille seulement.

Ces mesures restrictives sont une réponse à l’augmentation du nombre de cas de la Covid-19 dans le pays, mais aussi dans la wilaya, où depuis l’Aïd El Fitr, il a été enregistré une soixantaine de contaminés sur 117 cas recensés officiellement.

Ce dernier chiffre a d’ailleurs ajouté le 2 juillet de la confusion après l’annonce sur les ondes de Radio Jijel par un responsable local de la santé d’un nombre de 196 cas ! Cela n’a pas manqué de raviver la suspicion sur les chiffres avancés officiellement puisqu’avec la célérité qui caractérise la circulation de l’information sur les réseaux sociaux depuis le plus lointain hameau jusqu’au chef-lieu de wilaya, on s’étonne que certaines contaminations, comme celles de Bordj Ali, dans la commune de Settara, ou celles de Texenna, n’apparaissent toujours pas sur les comptes rendus officiels. Une situation qui mérite une clarification pour unifier les annonces et surtout ne pas omettre quelque cas, puisque sur la toile, tous les détails sont données sur les personnes atteintes ou suspectes de la Covid-19.

La propagation de la Covid-19 et la peur suscitée chez certains citoyens n’ont pas empêché plusieurs familles de l’intérieur du pays, notamment de Constantine, Sétif, Bordj Bou Arrirédj ou encore Batna, de louer des appartements à Jijel, alors que d’autres se contentent de passer la nuit au bord de RN43 dans le tronçon séparant Ouled Bounar de Kissir, à l’ouest de la ville de Jijel, comme on a pu le constater ce vendredi.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!