Une équivalence pour le diplôme des beaux-arts | El Watan
toggle menu
lundi, 18 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan18112019


Meriem Merdaci l’a déclaré hier à Constantine

Une équivalence pour le diplôme des beaux-arts

13 juillet 2019 à 9 h 00 min

L’équivalence du diplôme des beaux-arts avec le diplôme universitaire est en voie de discussion entre trois ministères, ceux de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle.

C’est ce qu’a annoncé Meriem Merdaci, ministre de la Culture, jeudi, lors de sa première visite dans sa ville natale, Constantine. La ministre a été abordée par les enseignants de l’Ecole des beaux-arts de Constantine, troisième point de son court programme.

Les artistes ont dénoncé beaucoup d’obstacles entravant le bon rendement de l’école. Parmi les problèmes signalés, les enseignants ont insisté que la non-reconnaissance des diplômes de leurs apprenants par la Fonction publique.

Ils ont estimé que cette «marginalisation» a causé une réduction considérable du nombre d’adhérents. «Le nombre d’employés de cet établissement est le double de celui des étudiants. Ce qui n’est pas normal. Cette situation est survenue suite aux conditions difficiles dont souffrent les étudiants, mais surtout à cause de la non-reconnaissance de leurs diplômes par la Fonction publique.

Ils se retrouvent exclus de tous les concours. Ils n’ont même pas le droit de faire la chaîne pour déposer leur candidature», a expliqué l’un des enseignants.

En réponse à leur requête, la ministre a affirmé que le ministère de la Culture mène une «discussion sérieuse» avec le ministère de l’Enseignement supérieur et celui de la Formation professionnelle sur l’équivalence du diplôme livré par les Ecoles des beaux-arts à l’échelle nationale.

Cette discussion ne concerne pas uniquement les étudiants, mais les enseignants sont aussi pris en considération. Ceci dit, ce diplôme aura l’équivalence d’une licence, master ou quoi exactement ? En réponse à la question d’El Watan concernant cette procédure, la ministre s’est contentée de dire : «On l’appelle l’équivalence, et elle est en cours de discussion.»

Lors d’un court point de presse animé en marge de la visite, la ministre a évité les questions épineuses sur les causes des retards dans les travaux de réhabilitation de la vieille ville de Constantine. Elle n’a pas non plus répondu aux questions sur d’éventuelles enquêtes sur les budgets débloqués pour des projets qui n’ont pas toujours été réalisés.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!