Protestations devant la direction de l’éducation de Constantine : Le premier responsable indésirable | El Watan
toggle menu
dimanche, 17 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191117


Protestations devant la direction de l’éducation de Constantine : Le premier responsable indésirable

21 octobre 2019 à 9 h 33 min

Deux mouvements de protestation ont été observés, hier matin, devant la direction de l’éducation de Constantine, par des dizaines de personnes, réclamant «le départ définitif» du responsable du secteur, Mohamed Bouhali.

Ce dernier est accusé d’être la source de tous les problèmes. Les premiers à ouvrir le bal étaient des directeurs, des directeurs adjoints de certains établissements scolaires, des inspecteurs et des administrateurs.

Scandant «Bouhali partez !», ils ont affirmé que ce responsable s’est illustré par la prise de décisions abusives et son refus de communication. «Nous l’avons contacté à maintes reprises pour débattre les problèmes posés dans les établissements depuis des années. Malheureusement, il refuse de nous recevoir ou d’accuser nos demandes d’audience», a déclaré une directrice.

Une autre inspectrice ajoute que non seulement il refuse de communiquer avec eux, mais il s’ingère dans leur travail. Plus explicite, l’inspectrice a souligné qu’il lui a exigé de donner de bonnes notes d’évaluation à certains enseignants, afin d’obtenir leur titularisation. «Je donne de bonnes notes à celui qui les mérite, mais pas à titre de complaisance.

Si nous refusons ce qu’il nous demande, il s’acharne contre nous. Notre professionnalisme et compétence sont pris comme une agression contre sa personne», a-t-elle fulminé. Dans le même sillage, Hichem Hadji un des protestataires réclame l’intervention du wali et l’ouverture d’une enquête sur le secteur de l’éducation. «Le secteur connaît une forte régression, à cause de la mauvaise gestion de ce directeur; la rentrée scolaire de cette année est la preuve de son échec, où plusieurs défaillances ont été signalées.

D’ailleurs, Constantine était l’unique wilaya, où l’on a enregistré une grève de 8 établissements scolaires, lors du premier jour de la rentrée», a-t-il rappelé. Il ajoutera qu’il est temps d’accorder de l’importance au dossier des logements de fonction. Sur les mêmes lieux, les postulants aux concours des enseignants et admis dans les listes additives des trois palier criaient : «Non aux passe-droits !» et «Bouhali partez ! Bouhali partez !».

Ils réclament également l’ouverture d’une enquête sur l’exploitation de la liste additive de l’année 2018 pour le primaire et celles de l’année 2017 pour le moyen esecondaire. «Depuis le 1er juin dernier, la direction de l’éducation n’a plus recruté de nouveaux enseignants, sous prétexte que la priorité revient aux diplômés de l’ENS. Mais ce qui est sidérant, c’est qu’il y a toujours des postes vacants dans des différents établissements scolaires. Au moment où la liste additive du primaire compte environ 3000 noms admis pour l’enseignement du français et de l’arabe», a déclaré Sandra.

Et de souligner que la wilaya de Constantine a ouvert récemment 20 nouvelles écoles primaires, qui n’ont toujours pas d’enseignants. Afin d’avoir sa version des faits, nous avons tenté de contacter le directeur de l’éducation de Constantine, Mohamed Bouhali. Mais ce dernier était en réunion à Alger et nous n’avons pas trouvé d’autres interlocuteurs du secteur.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!