Le chef militaire Kerrouche Abdelhamid tombait en martyr | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




IL Y A 60 ANS AU QUARTIER SAINT JEAN (CONSTANTINE)

Le chef militaire Kerrouche Abdelhamid tombait en martyr

03 mai 2020 à 9 h 15 min

Rares aujourd’hui sont les habitants du quartier populaire de Saint-Jean, au centre-ville de Constantine, qui connaissent l’histoire de cet accrochage ayant marqué les lieux dans la nuit de mardi 26 à mercredi 27 avril 1960.

Vers 2h du matin, les premiers coups de feu avaient été entendus.

Un important contingent de Bérets noirs de l’armée française avait bouclé toutes les rues entourant une maison située à l’ex-rue Ledru Rollin, à quelques encablures seulement de l’ex-boulevard Victor Hugo (actuel Mohamed Belouizdad).

Selon la Dépêche de Constantine du dimanche 28 avril 1960, un renseignement donné par un habitant, juste avant le couvre-feu, faisait état de «la présence de rebelles dans la bâtisse».

Cette dernière avait son accès du côté de l’ex-rue docteur Maumy (actuelle Lemissi Said) et des fenêtres donnant sur la rue Ledru Rollin. À l’intérieur se trouvait Abdelhamid Kerrouche, ancien chef de la Nahia (zone) du centre-ville, puis responsable militaire de la région de Constantine.

Il avait pris un appartement comme refuge en compagnie de deux autres personnes. Kerrouche tenta le premier une sortie de la maison en mitraillant. Il blessera un militaire, avant de tomber l’arme à la main après un violent accrochage.

Ses deux autres compagnons, dont son secrétaire et une femme qui servait comme agent de liaison furent sommés de se rendre, mais ils refusèrent. Ils seront capturés après un long échange de coups de feu. Ils avaient été tous deux blessés.

Selon la Dépêche de Constantine, les militaires français, qui ont enregistré deux blessés, ont pu récupérer un pistolet mitrailleur Mat 49, un pistolet calibre 9 mm, deux grenades et des documents.

L’opération de la rue Ledru Rollin, très commentée sur les colonnes de la presse de l’époque avait été considérée comme un important fait d’armes des Bérets Noirs, surtout que le martyr Abdelhamid Kerrouche était considéré comme l’un des plus importants chefs de ce qu’on appelait à l’époque «la rébellion» dans toute la région de Constantine.

Aujourd’hui, l’ex-rue Ledru Rollin porte désormais le nom de Kerrouche Abdelhamid. La maison qui a servi de refuge pour ce valeureux martyr existe encore.

On y a même installé sur le mur une plaque commémorative en marbre. C’était en 1980.

Depuis, c’est le silence total. La bâtisse s’est nettement dégradée ces dernières années, et menace ruine.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!