toggle menu
mercredi, 14 novembre, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018

Marchés des fruits et légumes

La mercuriale s’affole

07 novembre 2018 à 8 h 00 min

La situation, qui a fini par ruiner les revenus modestes, a atteint le seuil de l’intolérable.

La mercuriale s’affole de nouveau à Constantine. Un tour aux marchés de Sidi Mabrouk inférieur et celui de Daksi nous a permis en effet de constater que les prix des fruits légumes ont connu une augmentation sensible. A titre indicatif, la pomme de terre est vendue à 70 DA au détail.

Le poivron est à 140 DA, la tomate varie entre 130 et 140 DA, selon la qualité, et les carottes à 70 DA, alors qu’ils se négociaient respectivement à 100, 110 et 50 DA il y a quelques semaines. La laitue est cédée actuellement à 80 DA, les courgettes s’affichent à 140 DA. Plus élevés encore sont les prix des fruits.

Les prix des bananes ou du raisin ont sensiblement augmenté. Le raisin de bonne qualité, à titre d’exemple, est cédé entre 250 et 400 dinars le kilogramme selon la variété, alors que le prix des bananes culmine à 550 dinars le kilogramme. Celui des mandarines, qui font leur retour sur le marché, atteint les 300 DA.

Interrogé sur les raisons de cette augmentation, un marchand de fruits et légumes domicilié au marché de Daksi affirme que les gens de sa corporation n’en sont en aucun cas responsables et que les causes sont à chercher ailleurs. Il nous dira à ce sujet : «La rente prélevée aux différents stades de la distribution profite en premier lieu aux intermédiaires et, dans une moindre mesure, au producteur, qui commercialise sa production.

Nous, les commerçants, nous nous contentons d’une petite marge bénéficiaire.» Cette augmentation ne concerne d’ailleurs pas uniquement les fruits et légumes. D’autres produits de large consommation, comme les viandes rouges et blanches, ont connu également une hausse.

Le prix du poulet a atteint en effet depuis quelques jours les 350 dinars le kilogramme. Le kilo d’escalope de dinde ou de poulet est cédé à 700 dinars. Une augmentation qui a suscité le mécontentement de nombre de citoyens et autres associations de protection du consommateur.

Un mécontentement qui s’est traduit par l’annonce d’une reprise de la campagne de boycott de ce produit, déclenchée l’été dernier, par l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur (Apoce) pour amener les producteurs à baisser les prix.

Pour ce qui concerne enfin les viandes rouges, elles se négocient actuellement entre 1200 et 1700 dinars le kilogramme de viande bovine, alors que le prix de l’agneau avoisine les 1400 dinars. En augmentation constante depuis quelques mois. 

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!