Générale des travaux hydrauliques à Aïn S’mara (Constantine) : Des travailleurs sans salaire depuis quatre mois | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 avril, 2021
  • thumbnail of elwatan19042021





Générale des travaux hydrauliques à Aïn S’mara (Constantine) : Des travailleurs sans salaire depuis quatre mois

07 janvier 2019 à 8 h 56 min

Des dizaines d’employés de l’unité régionale de l’entreprise nationale de réalisation Générale des travaux hydrauliques (GTH) ont tenu un mouvement de protestation, hier matin, devant le cabinet du wali, pour dénoncer la mauvaise gestion de l’administration de la société, surtout le non-versement de leur salaire depuis 4 mois.

En grogne, les protestataires ont affirmé que la direction a usé de toutes les formes d’abus, en procédant au licenciement de certains travailleurs et en poussant d’autres à quitter la société. Tous les employés limogés, selon leurs propos, ont plus de dix ans d’expérience et sont tous des permanents. «Nous souffrons d’immenses problèmes dans cette entreprise, causés par l’administration et cela depuis un bon moment. La direction s’est acharnée contre les anciens travailleurs et a entamé dernièrement une grande campagne de licenciements abusifs et non justifiés des anciens.

Il y avait des renvoyés qui ont 16 ans d’expérience, mais tous les contractuels ont été gardés», a fulminé Fayçal Benyahia, l’un des protestataires.

Et de renchérir : «Ce qui est intolérable est le fait que les employés n’ont pas été payés depuis 4 mois, et à ce jour ils n’ont pas encore reçu leur salaire du congé annuel ! Pourtant le meilleur salaire ne dépasse pas les 30 000 DA.»

Les manifestants soutiennent qu’ils ne voient plus le bout du tunnel. Ils ajoutent que les versements des allocations n’ont pas été effectués. Ils ont affirmé également avoir saisi la direction à maintes reprises pour régler cette situation de blocage, mais le directeur a refusé catégoriquement de dialoguer avec le représentant des employés et les syndicalistes.

«Ce problème de non-paiement des salaires s’est posé auparavant et nous avons organisé un mouvement de protestation. L’administration a fini par nous payer, mais au compte-gouttes», ajoute Benyahia.

Les concernés ont révélé aux journalistes présents sur les lieux que l’enjeu primordial qui se cache derrière ce genre de décision est le sabotage de cette entreprise nationale créée en 1978, qui compte des centaines d’employés.

Ce qui mènera à l’arrêt des projets financés par l’Etat.
Le responsable de la société, toujours selon les protestataires, leur a annoncé s’attendre à d’autres licenciements. «Les employés n’ont pas été mobilisés sur le terrain depuis des mois, au moment où un autre projet de réalisation d’un réservoir est toujours en chantier.

Si le responsable veut licencier tous les anciens travailleurs, notamment les permanents, il n’a qu’à le faire en respectant la réglementation, et tout en préservant les droits des concernés», a lancé un autre.

Les protestataires réclament l’intervention du wali et demandent que leur situation soit réglée le plus vite possible.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!