Femme égorgée à Aïn S'mara (Constantine) : Arrestation de quatre personnes | El Watan
toggle menu
lundi, 30 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Femme égorgée à Aïn S’mara (Constantine) : Arrestation de quatre personnes

21 novembre 2020 à 9 h 59 min

Les éléments de la sûreté de wilaya de Constantine ont arrêté 4 personnes suspectées d’être impliquées dans le meurtre d’une femme dans la commune de Aïn S’mara.

Les accusés, selon un communiqué du procureur de la République près le tribunal d’El Khroub, ont été présentés, mardi dernier, devant le parquet, qui a ordonné la mise en détention provisoire de 3 d’entre eux, alors que le quatrième suspect a été mis sous contrôle judiciaire.

Pour rappel, la ville de Aïn S’mara, située à 18 km au sud-ouest de Constantine, a été secouée, samedi dernier, par cet horrible meurtre. Une jeune femme, H.-G. H., âgée de 30 ans, a été découverte égorgée dans un appartement de l’immeuble B5 dans le quartier Zaâtar Tayeb. Les voisins avaient alerté la police vers midi, après avoir remarqué le comportement troublant d’un jeune homme, B. H., âgé de 28 ans, qui circulait dans le quartier.

Ce dernier sera appréhendé par la police. Il présentait des taches de sang sur ses vêtements. En exploitant tous les indices, les policiers ont découvert le corps de la victime égorgée, après avoir été violentée.

Après l’interpellation du principal accusé, l’enquête judiciaire a abouti à l’arrestation de ses trois complices. Selon le même communiqué, le principal accusé s’est révélé être le fiancé de la victime qui était enceinte. Ils étaient dans l’appartement à discuter de l’interruption de la grossesse, avant que les choses ne dégénèrent. Suite à la dispute, le jeune homme commettra l’irréparable. L’enquête a révélé également l’implication de trois autres personnes.

Deux avaient aidé l’accusé principal dans l’opération de l’avortement et un troisième pour avoir loué son appartement dans un cadre non réglementaire. Présentés, mardi dernier, devant le parquet d’El Khroub, trois accusés ont été placés en détention provisoire et le bailleur de l’appartement mis sous contrôle judiciaire.

Selon les riverains ces gens sont «des habitués des lieux». Ils disent avoir dénoncé, auprès des éléments de la sûreté de wilaya, des mouvements douteux d’étrangers dans leur immeuble. Mais, ajoutent-ils, aucune action n’a été menée par les services de sécurité pour empêcher ce genre de dépassements.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!