Direction du Commerce de Biskra : Une note diversement commentée | El Watan
toggle menu
dimanche, 28 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Direction du Commerce de Biskra : Une note diversement commentée

19 octobre 2021 à 10 h 00 min

Dans une note de service rendue publique destinée à l’ensemble des opérateurs économiques, industriels, producteurs de biens et de denrées alimentaires, importateurs, commerçants grossistes et détaillants, agriculteurs et artisans, la direction du commerce et de la promotion des exportations de la wilaya de Biskra exhorte ces professionnels à se rapprocher de son service de l’observation du marché et de l’information commerciale afin de procéder à la déclaration de l’ensemble de leurs infrastructures de stockage, centrales de dépôt, chambres froides, comptoirs et locaux d’emmagasinage en précisant le contenu, les capacités et le mode de fonctionnement de ces lieux.

Les contrevenants à cette mesure visant à lutter contre la spéculation et le monopole sont passibles de sanctions et de procédures légales allant de la fermeture administrative et la saisie des marchandises retrouvées dans un hangar non déclaré aux poursuites judiciaires pouvant découler à des peines de prison ferme et de fortes amendes contre les concernés, est-il précisé. «Si le but de cette mesure est de lutter contre les pénuries et la rétention de produits alimentaires par certains spéculateurs les écoulant au compte-goutte à des prix plus élevés, elle lèse néanmoins et met tous les acteurs du secteur dans le même sac.

Le stockage des marchandises est une action anodine, nécessaire et régulière pour tous les commerçants et les producteurs. Il y a d’autres manières pour réguler le marché que de soumettre les commerçants et les opérateurs économiques à cette mesure purement administrative qui ne réglera pas le problème de la disparition de certains produits des étals et des rayons des supérettes.

C’est une étrange injonction mettant à mal inutilement le secteur du commerce connaissant des perturbations portant sur certains produits», a commenté un commerçant. S’appuyant sur un rapport mensuel, paru jeudi dernier, de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indiquant que les prix des cinq principaux types de denrées alimentaires mondiaux ; viande, produits laitiers, huiles végétales, céréales et sucre avaient fait un bond de 32,8 %, en septembre dernier, provoqué par une baisse de l’offre internationale et l’explosion de la demande, un autre opérateur économique relève l’innocuité, l’inutilité et l’inefficacité d’une telle mesure. «C’est un cautère sur une jambe de bois. Il n’est pas sain de montrer du doigt les commerçants et les opérateurs économiques et de leur faire indirectement porter le chapeau pour les dysfonctionnements, les pénuries et les augmentations des prix des produits de base.

Il serait plus logique d’expliquer au grand public que l’Algérie n’est pas une île autarcique, mais qu’elle fait partie d’un système commercial mondial et qu’elle subit comme tous les pays les soubresauts du marché mondial. Il faudrait se retrousser les manches et produire plus de denrées de large consommation que de trouver des boucs émissaires sans évoquer les effets du commerce et des marchés internationaux et la faiblesse de notre production nationale», a-t-il souligné.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!