Haï Kablouti, à Biskra : Les jeunes n’en démordent pas | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





Haï Kablouti, à Biskra : Les jeunes n’en démordent pas

07 septembre 2019 à 9 h 15 min

Suite à la vague de protestations des jeunes de Biskra, qui ont bloqué, la semaine dernière, la circulation routière dans leurs quartiers respectifs pour réclamer de meilleures conditions de vie, des logements et des postes de travail dans les entreprises et sociétés implantées dans la wilaya, les arrondissements et les cités de la Reine des Ziban connaissent une accalmie ces derniers jours et ont repris une activité normale, à l’exception de haï Kablouti, où les jeunes sont déterminés à poursuivre leur mobilisation, a-t-on constaté.

Des jeunes de ce quartier, en majorité des chômeurs et pères de famille pour la plupart, continuent de bloquer l’avenue Zaâtcha, près du siège de la 2e sûreté urbaine, au grand dam des utilisateurs de cette voie névralgique, obligés de rebrousser chemin ou d’emprunter des voies de déviation.

«Il est aberrant qu’à l’orée de la rentrée scolaire, aucune autorité n’ait pris langue avec ces protestataires pour essayer de dégoupiller le conflit et apporter des réponses à leurs doléances. Il faut écouter ces jeunes mus par le désarroi et le désespoir», a commenté un riverain. «Nous ne lèverons pas le camp tant que les autorités locales feront la sourde oreille à nos revendications. Nous ne sommes ni des trafiquants de cannabis ni de psychotropes.

Nous sommes des jeunes citoyens voulant vivre dans la dignité dans notre pays et aucun parti ou organisation ne nous téléguide. Le wali doit être mis au courant des magouilles de l’administration concernant les certificats de résidence délivrés et vendus à des travailleurs venant du Nord, alors que nous sommes marginalisés et laissés sans travail.

Ce que nous déplorons le plus, c’est que les gens de Biskra, se disant des «ouled lebled» (fils de la région), élus et soi-disant personnalités, n’aient pas bougé pour prendre en charge nos récriminations légitimes et réelles et permettre que la circulation routière reprenne sur l’avenue Zaâtcha», a expliqué un trentenaire en porte-voix de ces protestataires faisant preuve d’une correction sans pareille.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!