Biskra : Controverse autour du nom «Café Rue Berthe» | El Watan
toggle menu
vendredi, 18 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191017





Biskra : Controverse autour du nom «Café Rue Berthe»

08 juillet 2019 à 8 h 45 min

Ouvert depuis peu sur la rue de la République, en plein centre de Biskra, un petit estaminet appelé «Café Rue Berthe» a immédiatement provoqué une virulente polémique sur les réseaux sociaux et chez les nombreux badauds, lesquels s’embrasent sur l’origine et le bien-fondé de cette dénomination, constate-t-on.

Certains soutiennent que cette enseigne est une offense à la résistance des Algériens contre la colonisation française, du fait que Berthe serait le nom d’un adjudant-chef de l’armée d’occupation tué en 1849 lors de la Bataille de Zaatcha. «C’était un redoutable militaire au service de l’empire colonial. Pour lui rendre hommage, les autorités locales de l’époque avaient baptisé de son nom une des plus prestigieuses rues de Biskra et reprendre ce nom ne semble pas des plus idoines. Il est aberrant qu’on ait permis à un café de porter ce nom. Bientôt, nous aurons une avenue Bigeard, une place Bugeaud ou une école Soustelle ou Massu, ou St Germain.

Les autorités et les administrations délivrant les permis et les autorisations d’exploitation commerciales méconnaissent-elles autant l’histoire de Biskra et ses environs pour permettre une telle forfaiture ?», s’indigne un sexagénaire, fils de chahid de la guerre de Libération nationale, qui souhaite que l’ONM entame une procédure pour faire modifier le nom du lieu en question.

D’autres rétorquent que l’occupation française est un fait historique indéniable et que ses traces et stigmates ne doivent pas être occultées pour le bien des nouvelles générations devant appréhender l’histoire de leur ville et de leur pays dans toutes ses dimensions. «Berthe n’est pas le nom d’un soldat français, mais le prénom féminin du premier bébé issu d’une famille de colons né à Biskra. La rue Berthe, appelée aujourd’hui rue de la République, qui va de la gare au jardin du 20 Août (ex-place Lavigerie) en longeant le jardin du 5 Juillet (J’nen Beylek) et le damier colonial, ou quartier européen, était pavé et où d’illustres personnages ont fait des escales et des promenades touristiques, pédestres ou en calèche.

Ce n’est pas une hérésie que d’utiliser ce nom intimement lié à l’histoire de la ville de Biskra», pense un universitaire. Pour sa part, le propriétaire du lieu ayant suscité cette controverse se défend de faire l’apologie du colonialisme français. «Ce nom fait référence à l’appellation ancienne de cette rue, pas plus. Je ne savais rien de l’origine de ce nom», précise-t-il.

Des amis lui avaient conseillé d’appeler ce café Yveton ou Laban. Mais là encore, «des voix méconnaissant le sacrifice de ces Algériens d’origine européenne tombés au champ d’honneur durant la guerre de Libération nationale ne manqueraient pas de bêtement s’élever pour y mettre leur veto», souligne un retraité de l’éducation nationale venu prendre un thé au «Café Rue Berthe.»          


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!