Selon son wali : «Annaba, quatrième ville la plus sale du pays» | El Watan
toggle menu
jeudi, 28 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Selon son wali : «Annaba, quatrième ville la plus sale du pays»

31 décembre 2020 à 9 h 48 min

De mémoire annabie, jamais un wali n’a qualifié sa wilaya de quatrième ville la plus sale du pays. C’était le cas, la semaine écoulée, à la cité Pont Blanc où le maire de la ville, Tahar Merabet, a passé le plus mauvais quart d’heure de sa vie.

En présence de la presse, écrite et audiovisuelle, Djamel-Eddine Berimi, le wali de Annaba, n’a pas lésiné sur les mots pour sermonner le maire face à un tas d’immondices qui continue à se former depuis plusieurs semaines. Et ce sont les habitants qui l’ont dénoncé au wali qui, lui, leur a rendu justice, illico-presto, face à la négligence, sinon l’incompétence de ceux qui ont été «élus» pour les servir. «Ne dites plus que Annaba est la quatrième ville d’Algérie.

C’est la quatrième wilaya en matière de saleté et d’ordures. Qu’on se mette d’accord, je ne veux plus voir ces ordures. Il suffit simplement de mobiliser des engins pour régler ce problème. Si vous n’avez pas les moyens financiers, je peux prendre en charge les dépenses», a tonné le wali face à un maire qui, véritablement mal à l’aise, n’arrivait plus à justifier cette situation de laisser-aller.

Pire, sa réponse l’a enfoncé davantage lorsqu’il a déclaré au wali : «C’est partout ce problème de déchets.» Etonné, voire abasourdi, le wali lui a rétorqué : «Comment vous dites que c’est partout à travers la ville de Annaba ? Il y a les engins, les moyens financiers et les agents de la voirie.» Pour sortir de cette situation, plus que désobligeante, notamment devant les citoyens et la presse, le maire, qui n’arrivait pas déjà à se défaire du problème du retard dans le bitumage des routes, a promis au wali de : «Régler ce problème d’ici la semaine.»

Médiatisée sur les réseaux sociaux, la vidéo, ayant filmé la colère du wali face un maire embarrassé, a suscité des réactions virales où le maire a été leur cible à travers un lot de critiques proférées par les internautes à son encontre.

Force est de relever que le wali était au courant des conséquences de cette situation d’insalubrité. En effet, les rongeurs, moustiques et autres insectes et bestioles nuisibles ont envahi la ville du fait de cette saleté que Tahar Mérabet, lui-même, a reconnu qu’elle s’est généralisée malgré les moyens matériels et financiers proposés officiellement par le wali.

Parallèlement, les citoyens se plaignent toujours de la lente cadence dans le bitumage des routes de la ville, notamment les automobilistes qui voient leurs moyens de locomotion se dégrader du fait des secousses après le décapage des routes. «Pourquoi n’a-t-on pas partagé en plusieurs lots cette opération de bitumage pour ne pas dépendre d’une seule entreprise, démunie qui plus est ?», s’interrogent les habitants de Annaba. A suivre.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!