Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation | El Watan
toggle menu
vendredi, 18 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191017





Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation

18 juin 2019 à 8 h 05 min

Des travaux de revêtement d’un tronçon de plusieurs kilomètres qui traverse le centre-ville de la commune de Berrahal sont engagés depuis samedi dernier.

Premier désagrément : la circulation routière est fortement perturbée par un important bouchon, pénalisant les usagers de la route en pleine saison estivale. Et si cette opération ne représente pas une priorité pour les habitants de cette commune, il n’en demeure pas moins que les travaux sont opérés en pleine journée.

Ce qui incommode davantage les riverains, qui se plaignent des émanations toxiques que dégage la fumée du bitume chaud lors de leurs déplacements pédestres. «L’année dernière, nous avons assisté à la même opération de revêtement de ce tronçon. On s’interroge sur son utilité, encore plus sur la priorité de cette opération en pleine saison estivale.

Notre cité enregistre plusieurs insuffisances, telles que le ravalement des murs des immeubles, la réfection de l’éclairage public et la gestion de l’eau potable et des ordures ménagères. Les coupures intempestives de l’énergie électrique et celles de l’eau potable.

Ce sont là quelques carences dont souffre la population locale», relèvent les habitants. Cette incommodité ne dérange pas seulement ces derniers.

En effet, les estivants qui traversent par voie routière le chef-lieu de la commune pour rejoindre les plages de la commune de Chétaïbi, tout autant que celles de la wilaya de Skikda, sont également concernés par ces travaux. Admettant que ce projet est indispensable, d’aucuns s’interrogent sur l’utilité d’œuvrer le jour, alors qu’à la nuit, les travaux seraient plus accommodants.

D’un côté, les habitants sont épargnés des aléas que génère le chantier, et de l’autre, on assure la fluidité de la circulation routière, notamment des vacanciers. «Au moment où on appelle à la rationalisation des dépenses, notamment en ces temps de crise économique, le maître de l’ouvrage semble n’avoir cure, sachant que ce tronçon était praticable avant son nouveau goudronnage. Le doute sur une dilapidation des biens publics est permis.

Pis, les normes techniques aussi ne semblent pas être respectées, puisque le plus novice peut remarquer les différents niveaux du bitume par endroits, particulièrement au contact des trottoirs», constatent des commerçants, implantés tout au long de cette voie publique.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!