Des hauts et des bas | El Watan
toggle menu
mercredi, 26 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



ANNABA

Des hauts et des bas

30 décembre 2021 à 10 h 23 min

Connue pour être une ville sous les feux de la rampe, Annaba a connu une année marquée par plusieurs événements. D’emblée, le 15 janvier 2021, les éléments de la Brigade de recherche et d’investigation (BRI), de la sûreté de wilaya avaient saisi plus de 3,75 millions de dinars en faux billets.

Auditionné par le magistrat instructeur, le mis en cause, âgé de 37 ans, a été placé sous mandat de dépôt. Le mois d’après, c’est le collectif des gérants des bars, des bars restaurants et de dépositaires de boissons alcoolisées de Annaba qui s’est manifesté en saisissant le wali pour être autorisé à reprendre ses activités après une année de fermeture.

En mars, les concurrents du bâtonnier sortant, Me Nejoua Mabrouk, avaient remporté 27 sièges, composant la totalité du bureau exécutif du bâtonnat de la région de Annaba. Et c’est la liste de Me Mohamed El Hadi Allali, qui avait raflé tous les sièges avant d’être désigné le nouveau président du bâtonnat.

L’année 2021 a été politiquement fatale pour le FLN à Annaba. Pour la première fois dans les annales locales, la commune chef-lieu est conduite par un autre parti, le (MSP qui a raflé la majorité des sièges lors des élections du 27 novembre).
En cause, la liste des candidats FLN a tout simplement été rejetée par l’ANIE.

Ce qui n’est pas le cas pour la boxe locale où l’ancien président de la ligue de Annaba, Dr Hocine Ouchérif, a été élu en avril par l’Association internationale de boxe amateur (AIBA) en tant que membre de la Commission médicale et antidopage. Quelques jours après, la ville a été attristée par la disparition de l’un de ses meilleurs artistes, le chanteur chaâbi, Brahim Bey, à l’âge de 73 ans. Il a rendu l’âme le 21 mai dernier après une longue maladie.

La mort a frappé aussi dans le milieu politique où Mamoune Soussa, délégué local du médiateur de la République et membre de l’ex-APW, a rendu l’âme le 20 août des suites du coronavirus. Annaba a aussi perdu plusieurs de ses médecins, tous d’un rang magistral.

Il s’agit du père de la neurologie du CHU de Annaba, le Pr Mhamed Messerer, décédé le 1er mars atteint de la covid.

Le Pr Djabri Yacine, chef de service de la génécologie obstétrique au CHU, a aussi quitté ce bas monde le 25 septembre avant d’être suivi un mois après, soit le 27 octobre, par le Pr Atailia Saci, ancien médecin chef du service de chirurgie générale et du service des urgences chirurgicales.

Mais sans conteste, c’est Erriva, le jeune annabi, qui a appelé à «la haine raciale» au lendemain du crime crapuleux commis contre le regretté artiste Djamel Bensmaïl qui a défrayé la chronique. Il a été condamné pour ce fait le 13 septembre à 8 mois de prison ferme, une peine confirmée en appel le 5 décembre.

La visite historique du président italien, Sergio Mattarella à Annaba le 7 novembre, a également marqué honorablement la ville de Saint Augustin. À la Basilique Lalla Bouna, il a été accueilli par le représentant du diocèse de Constantine et de Annaba, le prêtre Theoneste Bazirikana, qui, en présence du Premier ministre, lui a présenté un exposé sur l’histoire de cette basilique datant du XIXe siècle et sur la vie de Saint Augustin (354-430).

Avec l’annonce de l’arrivée d’une nouvelle vague de coronavirus, tout le monde à Annaba attend le début de 2022 avec beaucoup d’inquiétude et d’espoir aussi.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!