Découverte archéologique à Aïn Fras (wilaya de Guelma) : Une ferme d’époque byzantine déterrée | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 octobre, 2020
  • thumbnail of elw_30092020






Découverte archéologique à Aïn Fras (wilaya de Guelma) : Une ferme d’époque byzantine déterrée

01 février 2020 à 9 h 00 min

D’imposants vestiges d’une ferme agricole d’époque byzantine avec fortifications ont été découverts fortuitement à Aïn Larbi, commune située à 31 kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Guelma.

Une découverte faite, plus exactement lors d’un terrassement devant accueillir une extension de la mosquée Djaber Ben Abdellah à Aïn Fras, agglomération secondaire de ladite commune.

Ainsi, c’est une équipe du CNRA (Centre national de recherche en archéologie), diligentée par le ministère de la Culture sur les lieux, qui vient d’achever sa mission. «Ce que je peux vous dire à ce sujet, c’est qu’il s’agit d’une importante découverte archéologique ici à Guelma.

Nous sommes ici depuis le 19 janvier. Les pièces les plus importantes trouvées sont une grande meule à grains en pierre, des ancrages et des contre-poids, des pierres d’attelage pour le bétail, un vase de décantation, un chapiteau de type corinthien et des basses de colonne et des parties d’entablement», a déclaré, hier à El Watan, Adel Ouafia, chef de mission, docteur spécialiste en archéologie antique, maître de recherche au CNRA.

Et de préciser : «Les pièces archéologiques les plus imposantes ont été déterrées lors des terrassements de la mosquée en juillet 2019, où nous avons effectué une première mission pour y effectuer un constat. Lors des fouilles réalisées durant notre mission du 19 au 31 janvier 2020, nous avons mis au jour des éléments d’une huilerie, des murs et des structures en opus africanum (technique de construction utilisée en Afrique du Nord durant l’antiquité de l’époque punique à l’époque romaine).

Mais aussi, il faut noter la présence de céramiques de cuisson noirâtres noircies par les lampes à feu. De la céramique de table raffinée sigilée (caractéristique de l’antiquité rouge et décors en relief) ainsi que des dolia (jarres de grande contenance pouvant allée jusqu’à 3000 litres pour le stockage de l’eau et le transport du vin) et beaucoup de tessons de céramique peinte.»

Ainsi, la région de Guelma vient encore une fois de dévoiler un fragment de son histoire, avec la présence de la civilisation byzantine, 6 siècles après J.-C., postérieure à celle de la présence romaine. Notons enfin que les pièces de cette fouille de sauvetage seront reversées à l’ Office national de l’exploitation des biens culturels (OGEBC) à Guelma.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!