Incendies et braconage dans les foêts de Bordj Bou Arréridj : Un plan d’envergure pour la sauvegarde de l’écosystème | El Watan
toggle menu
lundi, 19 avril, 2021
  • thumbnail of elwatan17042021





Incendies et braconage dans les foêts de Bordj Bou Arréridj : Un plan d’envergure pour la sauvegarde de l’écosystème

06 mars 2021 à 9 h 47 min

Sur une superficie répertoriée de 933448 hectares de forêt qui couvrent l’ensemble de la wilaya, 81 253 ha sont boisés, soit un cinquième de la surface globale, abritant une riche faune et flore. Les principaux arbres qui constituent la diversité du patrimoine forestier sont le genévrier, le peuplier blanc, le peuplier noir, le saule, l’orme, le frêne, l’érable de Montpellier et le laurier rose.

Mais les espèces les plus existantes sont le chêne vert avec 15 438,07 ha, le cèdre avec 812,53 ha, l’eucalyptus avec 1183 ha, l’alfa et autres buissons avec 3250,12 ha et le pin d’Alep qui s’étend sur une superficie de 61752 ha, où les grandes forêts se concentrent dans la partie nord et nord-ouest de la wilaya, ceinturant ainsi la chaîne montagneuse des Bibans et les monts de Beni Yadel.

Il y a également une importante richesse floristique des steppes constituée essentiellement d’alfa, d’armoise, de diss (ampilodisma mauritanica), de guetaf (atriplex halumus), d’astragale, de spart et de Harmel.

Les formations steppiques et parcours couvrent une superficie de 20 000 hectares, composés essentiellement d’armoise blanche et d’alfa, dont l’état de dégradation est avancé, selon la DSA. La diversité faunistique est aussi riche de plusieurs types d’animaux, de mammifères, d’oiseaux et de poissons du barrage de Aïn Zada, dont la carpe à grande bouche, la carpe herbivore et la carpe royale, entre autres.

Parmi la population de mammifères qui peuplent le plus la région des Bibans, on trouve le loup africain, le chat sauvage, la genette, la gerboise, le hérisson, l’hyène rayée, le lapin de garenne, le lièvre brun, le porc-épic, le renard roux et le sanglier. Et pas moins de 25 espèces d’oiseaux s’ajoutent pour former cet écosystème.

Les plus répandues sont, entre autres, la grive, la perdrix, le merle, le moineau, l’aigle, l’alouette, la bécassine, le chardonneret… et bien d’autres. Un immense patrimoine naturel menacé, hélas, par les feux de forêt, le braconnage et l’érosion du sol.

Mobilisation de vigiles saisonniers

Pour y remédier, la Conservation des forêts a élaboré un plan d’envergure, qui s’étale jusqu’au mois de mars en cours, visant à implanter quelque 65 752 arbustes ( pin d’Alep, cyprès vert, acacia…), et 1000 hectares dédiés à l’olivier ainsi que 1 075 ha de plants forestiers pour consolider les bassins versants des barrages de Tichihaf, Aïn Zada et Legsab et la lutte contre la désertification en plus de l’opération d’échenillage qui débute en ce premier trimestre de l’année 2021 et qui touche 325 hectares de pin d’Alep.

Pour ce qui est du braconnage, la Conservation des forêts, en coordination avec les services de la gendarmerie, a enregistré une douzaine de cas de transgression de la loi liée à la chasse, visant comme gibier, les perdrix, les lièvres, les loups africains et les hyènes rayées. Dans les 694 patrouilles combinées, 9 affaires ont été traduites en justice.

Et pour dissuader les braconniers, la Conservation a réduit ses activités à l’accompagnement des associations cynégétiques, l’intensification des patrouilles et la sensibilisation des 230 chasseurs formés jusque là, apprend-on à la direction de la Conservation des forêts de la wilaya.

Au chapitre d’ornithologie, les mêmes services décomptent 9 905 oiseaux de 25 espèces réparties sur les sept zones humides, le barrage de Aïn Zada et les six retenues collinaires. S’agissant des feux de forêt, 45 vigiles saisonniers, notamment dans les régions inaccessibles, ont été embauchés pour renforcer le dispositif existant.

Pas moins de 36 départs de feu dans douze communes ont été signalés par les services de la Conservation des forêts durant 2020, embrasant 1954,71 hectares de forêts, de buissons et de maquis. Ils ont enregistré également 83 interventions dans des feux ayant ravagé 58 hectares de couvert végétal.

Pédagogiquement parlant, la Conservation des forêts a organisé le 2 février une journée de sensibilisation suivie d’une visite guidée et une conférence au barrage de Aïn Zada au profit des élèves de Aïn Taghrout.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!