Lors d'une séance de travail au cabinet du wali de Souk Ahras : Sévère réquisitoire contre l’Algérienne des eaux | El Watan
toggle menu
mardi, 26 janvier, 2021
  • thumbnail of elw_23112020




Lors d’une séance de travail au cabinet du wali de Souk Ahras : Sévère réquisitoire contre l’Algérienne des eaux

13 octobre 2020 à 9 h 50 min

Toutes les vérités sur les défaillances de l’Algérienne des eaux (ADE) ont été dites par les élus de l’APW lors d’une séance de travail tenue jeudi au cabinet du wali de Souk Ahras en présence du directeur général de l’ADE, des responsables sectoriels et des représentants des différents organes de presse.

L’entame du wali où il a été question d’un bilan porteur de signes positifs, mais aussi d’un vécu qui mène vers l’inévitable révision des mécanismes de fonctionnement de cette entreprise publique, n’a pas occulté l’inévitable choix de la transparence et du franc-parler s’agissant de la gestion des affaires publiques.

C’est d’ailleurs dans cet esprit que Mohamed Bouazza, membre de l’APW, a présenté un sévère réquisitoire contre la gestion de l’ADE. «La gestion de l’ADE est défaillante à Souk Ahras et les doléances multiples que nous recevons quotidiennement, nos visites à travers toutes les communes ne sont pas pour plaider en faveur de sa bonne santé ; nous avons eu l’occasion de gérer ce dossier de près et de la manière la plus objective et vous pouvez être sûr, monsieur le directeur général, que la situation de la gestion des eaux est peu reluisante, voire chaotique», notera-t-il. «Venez voir monsieur le directeur général cette grande misère visible à Sidi Fredj, Ouled Moumen et toutes ces zones où vivent des Algériens à part entière et que nous oublions à la faveur des promesses non tenues et de ces responsables sectoriels de l’ADE qui gèrent l’eau à distance et l’eau est ramenée dans ces régions depuis des sources lointaines (…) la bonne gestion commence par le choix du personnel et le vôtre est composé à 100% d’employés affectés dans le cadre du filet social», ajoute Djamel Mellouki, un autre élu.

Abdallah Herraoubia, le P.APW de Souk Ahras n’a pas ménagé cette même entreprise en déclarant : «Nous avons l’habitude de recevoir des commissions d’inspection qui passent pour valider des bilans vieux de plusieurs années ; la situation n’est pas réconfortante dans les 26 communes de la wilaya (…) et nous aurions souhaité vous présenter des séquences de personnes qui prennent des abreuvoirs pour mesurer l’ampleur du problème et la démission de l’ADE dans cette wilaya». De son côté M. Amirouche, le directeur général de l’ADE a déclaré que le ministre des Ressources en eau est au courant de toutes les préoccupations de la wilaya en matière d’alimentation en eau potable.

Des efforts sont consentis, d’après lui, pour la prise en charge des perturbations enregistrées notamment dans les communes de Mechroha, Ain Zana et Ouled Driss. Il annoncera, à ce titre, une enveloppe de 10 milliards de dinars pour le renforcement des différentes unités, ainsi que la distribution de 3000 compteurs individuels, en plus d’autres opérations pour répondre aux besoins des abonnés.

Il ajoutera que pour la gestion de ses structures, le prix unitaire de la consommation estimé à 25 DA le mètre cube, ne peut pas contribuer à l’essor de l’entreprise, dont les créances ont atteint 55 milliards de dinars.

À une question d’El Watan relative à l’état d’avancement des travaux au budgétivore projet de réhabilitation du barrage de Aïn Dalia lancé depuis des années dans le cadre du plan d’urgence, le DG dira qu’il est en cours d’achèvement.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!