Sensibilisation contre les dangers des gaz toxiques à Souk Ahras : Quand les statistiques font défaut | El Watan
toggle menu
mercredi, 22 janvier, 2020
  • thumbnail of elwatan22012020

Sensibilisation contre les dangers des gaz toxiques à Souk Ahras : Quand les statistiques font défaut

08 décembre 2019 à 9 h 02 min

Une campagne de sensibilisation contre les asphyxies dues essentiellement à l’inhalation des gaz toxiques est menée depuis des semaines par les services de la Protection civile, le secteur de la santé, la direction de la jeunesse et des sports et la Société de distribution du gaz et de l’électricité de l’est (SDE) couvrant la majorité des communes de la wilaya de Souk Ahras.

Selon les cellules de communication des secteurs précités, la vulgarisation des mesures préventives et l’implication du citoyen dans cette campagne représentent des moyens de lutte efficaces contre ce phénomène aux conséquences tragiques.

Pour les services de la Protection civile, l’opération a pris en considération les communes rurales et les zones éparses où le charbon et autres moyens de se chauffer font autant de victimes. La DJS qui a mené campagne dans plusieurs maisons de jeunes, a insisté par le biais de ses animateurs sur l’importance du choix de la qualité du chauffage et leur maintenance. «Nous devons sensibiliser les citoyens par rapport aux produits proposés à la vente et qui sont parfois mal conçus et carrément porteurs de défaillances mortelles», a expliqué un animateur. Mohamed-Lamine Tiah, cadre de la SDE a conforté les approches des autres secteurs et mis en valeur l’importance de ces sorties positives de la part de tous les partenaires.

Il a, toutefois, souhaité un meilleur traitement des statistiques et une coordination entre lesdits secteurs voire les abonnés de l’entreprise.
«Des statistiques unifiés doivent être mis à la portée de toutes ces instances concernées afin de mieux comprendre le phénomène et pouvoir ensuite gérer les autres opérations, à savoir, la prévention et la prise en charge.

Des cas d’asphyxies sont traités à l’insu de tous et l’on n’est jamais sûr s’il s’agit d’un cas de monoxyde de carbone, d’une inhalation d’un gaz de véhicule, d’une asphyxie due à une cohabitation avec volaille ou autres (…) nous n’avons aucun bilan fiable qui puisse mettre en évidence ces cas ni même d’arrêter le nombre réel des victimes, chose qui perpétue les constats approximatifs et peu fiables», a-t-il déclaré.

A. Djafri


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!