Oum El Bouaghi : Les métiers saisonniers ont le vent en poupe | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





Oum El Bouaghi : Les métiers saisonniers ont le vent en poupe

25 août 2019 à 8 h 40 min

Les vacances d’été sont la période propice à l’apparition de petits métiers ou activités qui font le bonheur des jeunes chômeurs, ou même de collégiens et étudiants.

Qu’est-ce qui les pousse à investir certains créneaux, comme la vente d’épis de maïs grillés et de figues de Barbarie ? Tous ceux que nous avons rencontrés dans les rues d’Oum El Bouaghi, Aïn Beïda ou Sigus, sont de jeunes adolescents, parfois des enfants d’à peine dix ou douze ans.

Interrogés sur le choix de cette activité saisonnière, ils répondent qu’ils se débrouillent en été comme ils peuvent pour se faire un peu d’argent qui leur permet de faire face à la prochaine rentrée scolaire ou universitaire. Et à chaque période de l’été sa propre activité. Il y en a qui s’installent dans les coins stratégiques de la ville pour vendre des épis de maïs grillés ou crus, d’autres louent leurs bras pour écouler melons et pastèques et autres.

Pendant le mois d’août, quand mûrit la figue de Barbarie, des dizaines de jeunes se transforment en éplucheurs de ce fruit délicieux et dont le prix est à la portée de toutes les bourses.

On l’a vu à Aïn Beïda, quand la place du Marché, se trouvant à proximité du stade communal, est prise d’assaut par des vendeurs, dont les camionnettes sont chargées de figues de Barbarie, ce fruit de l’opuntia, et qui font la vente en gros. C’est à ce moment que des jeunes en achètent plusieurs centaines pour ensuite occuper un coin de rue et vendre le fruit aux passants.

Moussa, un étudiant en économie trône devant une charrette à bras emplie de figues. Il se confie à nous. «J’ai un master 2 en économie et la rentrée prochaine je m’inscrirai pour préparer un doctorat». A la question de savoir pourquoi il a choisi d’être éplucheur de figues de Barbarie, il nous répond qu’il a besoin d’argent : «Comme tous les jeunes sans occupation, je dois bien faire quelque chose pour gagner un peu d’argent.

Cela me permettra de m’acheter des fringues pour la prochaine rentrée, ainsi que d’autres articles nécessaires à mes études.» Un jeune garçon abonde dans le même sens : «Avec l’argent gagné, je pourrai aider mon père qui est chômeur.» Tout en épluchant une figue, il ajoute: «Cette activité me permet aussi d’acheter les fournitures scolaires pour l’année prochaine.»


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!