Oum El Bouaghi : La poésie patriotique à l’honneur | El Watan
toggle menu
lundi, 26 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190826

  • Pub Alliance Assurance




Oum El Bouaghi : La poésie patriotique à l’honneur

06 juillet 2019 à 8 h 05 min

Pour la troisième année consécutive, la direction de la maison de la culture Nouar Boubakeur d’Oum El Bouaghi a organisé des journées littéraires regroupant des poètes algériens et arabes.

Selon les organisateurs, cette nouvelle édition coïncide avec les célébrations du recouvrement de l’indépendance nationale et revêt du coup un cachet particulier. Nouri Helal, directeur de la maison de la culture, considère que le moment est propice pour inviter des universitaires et des poètes, dont le sujet de prédilection reste lié à la poésie patriotique et de combat. Ainsi, durant trois jours, du 3 au 5 juillet, des universitaires se sont relayés sur la scène de la salle de conférences Yamina Mechakra, pour présenter des thèmes ayant tari à la poésie nationaliste.

C’est ce qu’ont fait les docteurs Abdelhamid Bourayou, de l’université d’Alger et Razika Taoutaou, de l’université d’Oum El Bouaghi. Force est de relever que les invités de Palestine et d’Irak, en l’occurrence Salah Echekbawi et A.Rahmane Jaâfer El Kenani, ont, au cours de leurs interventions, souligné les intimes relations entretenues entre les révolutions algérienne et les leurs. En plus des professeurs des universités d’Alger, Annaba, Djelfa, Souk Ahras et Laghouat, une cinquantaine de poètes issus de 30 wilayas du pays ont pris part à ces journées littéraires et poétiques. Tous sont venus déclamer leurs poèmes, dont beaucoup rendent hommage à la Révolution et chantent l’amour du pays.

Hadj Tayeb, qui est le parolier du chanteur Djamel Sabri dit Djo, a participé avec des poèmes en tamazigh et en arabe dialectal. «Dans ma poésie je privilégie la thématique nationaliste ou patriotique». Le poète Habib Siam, qui ne manque aucun rendez-vous, tant en Algérie qu’à l’étranger, participe lui aussi à ces rencontres littéraires. Il a de tout temps opté pour l’arabe dialectal, car très proche du citoyen lambda. «Le hirak m’a inspiré plusieurs poèmes. Pour moi, chaque vendredi est source d’inspiration», nous susurre-t-il.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!