M’daourouch (Souk Ahras) : Malaise dans le secteur de l’emploi | El Watan
toggle menu
mercredi, 16 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191016





M’daourouch (Souk Ahras) : Malaise dans le secteur de l’emploi

09 octobre 2019 à 9 h 00 min

Des dizaines de demandeurs d’emploi ont exprimé récemment leur mécontentement par un regroupement à l’entrée de l’antenne locale de l’AWEM à M’daourouch. Les protestataires, qui demandaient plus de transparence dans le traitement des dossiers de recrutement de la part de quelques entreprises publiques, se disent lésés en matière d’emploi, par rapport aux autres régions du pays.

Région agricole par excellence, cette daïra de plus de 30 000 habitants compte aussi une future zone industrielle d’une superficie de plus de 200 hectares. On y prévoit des entreprises de transformation et un investissement productif sur lesquels tablent les pouvoirs publics à Souk Ahras afin de provoquer une nouvelle dynamique et lancer des créneaux pourvoyeurs de postes d’emploi.

Les demandeurs d’emploi, qui ont pris d’assaut ladite agence, protestaient surtout contre une récente opération de recrutement au niveau d’une entreprise publique, qui aurait eu lieu, croient-ils savoir, dans l’opacité afin de favoriser quelques prétendants. «Nous savons que seules les personnes épaulées sont admises lors des différentes opérations de recrutement», assénait le représentant du groupe.

Contactée par téléphone, une source au fait de ce dossier a réfuté les propos des contestataires et incriminé des rumeurs colportées par des milieux tendancieux. La même source a toutefois indiqué que la daïra connaît une forte pression en matière d’emploi et que les projets les plus prometteurs, à l’instar du complexe de transformation du phosphate, attendent leur concrétisation.

Annoncé maintes fois comme l’un des projets les plus prometteurs, avec ses 5000 postes directs et indirects, l’ouverture d’espaces limitrophes commerciaux et autres aux activités complémentaires, le complexe de transformation du phosphate implanté à Oued El Kabarit, une localité limitrophe, est attendu avec impatience par les centaines, voire les milliers de chômeurs de la wilaya, notamment ceux des communes avoisinantes, dont M’daourouch en premier. C’est aussi le cas pour ces innombrables promesses de quelques particuliers qui ont déjà présenté des dossiers d’investissement dans plusieurs créneaux de la petite et moyenne entreprises.

Dans le domaine de l’agriculture et du bâtiment, boudés à cause des droits non reconnus par les employeurs, les demandeurs d’emploi se comptent sur les doigts d’une seule main et l’on n’est pas sûr que l’attitude des grands agriculteurs ou des entrepreneurs tend vers le changement, notamment avec la torpeur qui caractérise les instances de contrôle, la CNAS et l’inspection du travail à leur tête. «L’artisanat et les sites archéologiques ne sont guère rentabilisés dans notre région qui n’encourage que des manifestations sporadiques et occulte les potentialités de l’antique Madaure et du tourisme culturel, capable à lui seul de tout booster», a commenté Hocine B., un enseignant universitaire en sciences de gestion et habitant la région. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!