Les longues files d’attente perdurent après l’Aïd El Adha | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





RUSH SUR LES BUREAUX DE POSTE À GUELMA

Les longues files d’attente perdurent après l’Aïd El Adha

06 août 2020 à 9 h 13 min

Le phénomène des files d’attente devant les bureaux de poste et les GAB (Guichet automatique bancaire) n’a finalement pas trouvé son épilogue à Guelma même après l’Aïd El Adha, malgré les bonnes volontés pour les organiser.

Face aux menaces de la Covid-19, tout le monde réclame le virement des salaires, retraites et autres aides de l’Etat. L’affluence n’a cessé d’augmenter et les agents de sécurité et encore moins les bénévoles d’associations n’ont pu maîtriser les foules, a-t-on constaté hier.
Avec le manque de liquidités, le problème risque de perdurer. «Ils veulent tous entrer à la poste pour accéder aux guichets, je suis insulté par des mères et des pères de famille.

Mais je résiste malgré tout», lâche, dans un moment de colère, un bénévole du Croissant-Rouge algérien à l’entrée de la recette principale de la rue Émir Abdelkader à Guelma. «Nous sommes contraints de filtrer les clients. Le port du masque est obligatoire, en plus d’une prise de température frontale.

Mais les gens s’impatientent et je les comprends», révèle un agent de sécurité d’une banque nationale. Ainsi, c’est dans une ambiance surréaliste, à la Grande Poste de Guelma où pratiquement personne ne peut interagir pour mettre de l’ordre, la foule agglutinée d’hommes et de femmes de tous âges continue de susciter indignations et réprobation.

Et pour couronner le tout, c’est une chasse «aux voyeurs indélicats» dotés de Smartphones qui est ouverte. «Ils viennent filmer et prendre des photos de nos femmes pour les mettre sur Facebook. Le premier que je chope je lui démolit le portrait», s’égosille un homme d’un certain âge visiblement ahuri par la situation. «Nous sommes submergés. Il y a des clients qui viennent des wilayas limitrophes notamment de Skikda.

Il faut ajouter à cela les quelque 300 000 clients porteurs de cartes et de carnets de chèques d’Algérie Poste de la wilaya de Guelma, dont une frange très importante de retraités qui affluent durant la semaine précisément du 24 au 27 et ça continue à ce jour», déclare à El Watan la directrice d’Algérie Poste à Guelma. «Déjà en temps normal, nous éprouvons quelques difficultés à satisfaire la demande en liquidités.

Mais avec la conjoncture actuelle, et malgré les 3 à 4 appels de fonds par semaine, nous gérons la situation difficilement, notamment lorsque les liquidités ne nous parviennent pas. Quant aux GAB, une vingtaine, ils sont alimentés, mais il y a aussi les problèmes de vandalisme (clavier détruit) par des clients indélicats. Des cartes bloquées et autres», précise-t-elle. Du côté du Trésor public de la wilaya à la rue Patrice Lumumba, il y a toujours une grande affluence, depuis quelques jours.

Des citoyens font la chaîne pour obtenir les 10 000 DA d’allocation de solidarité octroyée pour les familles nécessiteuses affectées par les mesures de prévention et de lutte contre l’épidémie du coronavirus. La aussi, la question se pose d’elle-même. Pourquoi un tel rush avec tous les risques de contamination, d’autant que la mesure est intervenue il y a plusieurs semaines déjà, voire des mois. «Ce que je peux vous dire à ce sujet c’est qu’il y a exactement 10 154 personnes concernées par cette prime.

Les versements effectués englobent les mois de mai, juin et juillet, dans le compte», précise dans ce contexte Belkheir Brahmia, P/APW de Guelma. Quoi qu’il en soit, la situation suscite de vives inquiétudes. Si les habitants sont contraints de porter leur masque à l’intérieur des banques et des bureaux de poste, à l’extérieur c’est l’anarchie totale.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!