Aïn Beïda (Oum El Bouaghi) : Les désordres d’une ville | El Watan
toggle menu
mardi, 30 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Aïn Beïda (Oum El Bouaghi) : Les désordres d’une ville

11 mai 2021 à 9 h 16 min

La ville de Aïn Beïda, l’une des plus anciennes daïras en Algérie et non moins des plus populeuses vit et subit à son corps défendant moult anomalies, tant sur le plan urbanistique que socioculturel et économique.

Avec l’extension de la ville pendant les années 1970 et 1980, on a fait peu ou prou de l’harmonie architecturale et urbanistique de cette grande agglomération dont le nombre d’habitants ne cesse d’augmenter atteignant ou même dépassant les deux cent mille âmes.

A tour de bras sont attribués des lots de terrain à bâtir. Si la majorité des attributaires se sont empressés de construire leur propre demeure, d’autres n’ont pas trouvé mieux que de les céder à d’autres citoyens. Mais ce n’est pas cela qui cause ou défigure l’aspect général de la ville.

La situation a atteint un tel degré de délitement et de dégradation d’ordre urbanistique que même l’ancien centre de la cité n’y a pas échappé. Constat alarmant : les ruelles sont aujourd’hui bordées de maisons à plusieurs étages, ce qui réduit la luminosité pour les voisins immédiats. En définitive, l’aspect originel du centre a subi des transformations qui ne répondent guère aux règles urbanistiques en vigueur.

Répondant à l’une de nos questions, Salah Bouchemal, un expert en aménagement, le propose sur cet état de fait et dira : «Globalement, les tares ont partout la même origine. Elles relèvent d’un enchevêtrement de facteurs liés aux pratiques des acteurs de l’urbanisme (habitants, professionnels et gestionnaires) et des politiques urbaines qui n’ont pas pu juguler les avatars d’une explosion urbaine stimulée par une croissance démographique extrêmement forte.»

Nous avons sollicité l’avis de certains citoyens soucieux de l’état de déliquescence de leur ville. Tous abondent dans le même sens, à savoir que la ville souffre de multiples incohérences urbaines.

Rachid, un cadre à la retraite, a relevé plus d’une tare. Il cite quelques anomalies comme le squat des trottoirs par les marchands de l’informel, le stationnement anarchique des deux côtés des rues principales de la ville, une situation qui crée des bouchons aux heures de pointe. Il ne comprend pas comment certains commerces ont pu obtenir l’autorisation d’ouvrir des cafés maures dans les quartiers résidentiels ; l’érection d’escaliers en fer sur des trottoirs.

Chassez le naturel, il revient au galop

Il cite aussi l’absence de dénomination des quartiers, des rues et la numérotation des maisons. Un autre citoyen déplore que des restes de graviers et d’autres matériaux demeurent devant des constructions achevées. Saïd, un autre retraité de la commune, ne comprend pas pourquoi il n’existe pas de vespasiennes et de toilettes publiques dans toute la ville. «Imaginez quelqu’un d’étranger à la ville qui ressent le besoin de se soulager et qui ne sait pas où aller», s’interroge-t-il? Le problème se pose surtout pour la gent féminine étrangère à la ville.

Des dizaines de femmes viennent faire le marché et sont parfois prises de court par un besoin pressant de se soulager. Aucun lieu n’est prévu pour ces urgences ! D’autres habitants se lamentent que de jeunes malotrus s’en prennent aux infrastructures publiques : actes de vandalisme, destruction de plaques de signalisation, arrachage de jeunes arbres, saccage de biens publics en construction ou en voie de finition.

Il y a quelques années, des stands pour le commerce des fringues ont été aménagés dans les ex-Galeries algériennes. Au moins, 180 jeunes en ont bénéficié et s’y sont établis pour vendre des vêtements, des articles de ménage et autres. Cela s’est fait pour libérer la place des Martyrs. Mais, comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop, d’autres baraques sont venues ceinturer ladite place. Les autorités de la commune laissent faire.
Un marché de proximité vandalisé

Situé dans ce qu’on appelle pompeusement la nouvelle ville, un marché de proximité y a été érigé pour rapprocher le citoyen des commerçants des fruits et légumes et par-là même lui éviter des déplacements inutiles. Ledit marché, une structure élégante, sera entièrement saccagé avant même son inauguration.

L’intérieur donne l’impression d’avoir subi un bombardement. Rien n’est resté debout : des murs démolis, des vitres cassées, des portes démantelées… et la saleté tout autour.

Un autre marché a été érigé à la sortie est de la ville, mais sa structure n’a pas reçu l’aval des autorités et le chantier fut abandonné. Par ailleurs, le centre culturel islamique, réalisé à la faveur du programme des Hauts-Plateaux, il ne sera jamais achevé. L’assiette de terrain est située en contrebas d’un monticule et elle est cernée par des habitations.

Ce qui fait qu’elle manque de visibilité, alors qu’un tel projet devrait être observable pour tout passant. Le choix du terrain des deux bibliothèques communales, construites dans des quartiers, ne semble pas susciter l’intérêt des potentiels lecteurs.

La première étant construite sur un trottoir. Pratiquement toutes les rues de la ville sont truffées de nids-de-poule, alors que, chose peu orthodoxe, des citoyens ont installé des ralentisseurs de leur propre chef sur certains tronçons ou passages, considérant que les véhicules qui passent font courir le risque des accidents à leur progéniture.

Que dire du cadre de vie des citoyens ? Pas beau à voir avec des déchets partout, des trottoirs sales. A qui incombe la faute ? Le citoyen est le premier interpellé.

C’est lui qui se débarrasse de ses déchets un peu partout. C’est lui qui ne contribue pas à améliorer l’aspect et le cadre de vie de son quartier ou rue. Et ce ne sont pas les seules carences qui enlaidissent la ville.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!