Feux de forêt à Bordj Bou Arréridj : La thèse de l’acte criminel n’est pas écartée | El Watan
toggle menu
lundi, 21 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Feux de forêt à Bordj Bou Arréridj : La thèse de l’acte criminel n’est pas écartée

13 août 2020 à 9 h 18 min

Selon un bilan partiel de la Conservation des forêts de la wilaya de Bordj Bou Arréridj, qui s’étale du 1er juin au 9 août 2020, quelque 25 foyers de feu ont été signalés dans dix communes, dévorant des centaines d’hectares de forêts et de végétation.

Le dernier en date a été celui qui a pris dimanche dernier dans une forêt de chêne de la région nord-est, de Zemmoura jusqu’à Khelil et les frontières avec la wilaya de Sétif, nécessitant le relais non-stop de plusieurs équipes des forêts et de la Protection civile.

Mais à qui incombe la responsabilité de la perte d’autant d’hectares de nos valeureuses couvertures verdoyantes qui partent chaque année en fumée ? «La thèse de l’incendie accidentel est de plus en plus réfutée. Nous confirmons que l’origine de la plupart des cas est criminelle.

Certains éleveurs, sans scrupules, s’adonnent à la déforestation rien que pour dégager quelques superficies de clairières qui serviront de pâturages à leurs bêtes. Et pour cause, pas plus tard qu’hier, nous nous sommes prêtés à une simple démonstration, pour en avoir le cœur net et tenter de comprendre si le feu prend à partir d’une cigarette, nous avons jeté volontairement quelques mégots de cigarettes dans la brousse. Et bien, le résultat était négatif.

Les mégots que nous avons jetés ont fini par s’éteindre. Donc, la thèse des incendies d’origine criminelle est fort probable et à ne pas écarter», indique à El Watan Athmane Amara, des services des forêts, qui était sur le point de repartir à Khelil, 30 km au nord-est de Bordj, pour renforcer les dispositifs sur place.

Vers le Nord, la décharge de Tarakabt, dans la commune de Colla, qui accueille les déchets des quatre communes de la daïra de Djaâfra, a été à l’origine d’un départ de feu qui a ravagé 14 hectares de forêts de pin d’Alep en l’espace de 4 heures. «Avant de venir à bout des flammes, il aura fallu la mobilisation de 60 agents de la conservation des forêts et de la Protection civile, et d’importants moyens matériels, à savoir la colonne mobile de la wilaya, 5 stations équipées de citernes et de pompes, dont la portée d’eau est de 200 mètres, 3 VTT, un bus et une ambulance.

Sans oublier la valeureuse implication des citoyens qui ont prêté main forte aux équipes sur place avec leurs moyens du bord», explique notre interlocuteur. Ce dernier a tenu à pointer du doigt le comportement irresponsable de certains citoyens lors des sorties de détente dans un espace verdoyant. «Au deuxième jour de l’Aid El Adha, nous avons effectué une descente à la forêt récréative de Boumergued, à la sortie est de la ville de Bordj Bou Arréridj. Le constat est sans appel.

En plus du non-respect des gestes barrières (absence de distanciation physique et de bavettes), un groupe de jeunes a installé un barbecue, en nous promettant qu’ils tacheraient d’éteindre le feu avant de partir. Un peu plus loin, un couple de vieux qui ont installé un foyer de feu, mais dès qu’ils nous ont vus, ils ont demandé pardon avant de plier bagage et repartir.

Et dans tous les cas de figure, nous essayons de dissuader les festifs indélicats, en prenant les numéros d’immatriculation de leurs véhicules. Ainsi, ils auront à réfléchir à mille fois et de faire le calcul de n’avoir laissé aucune étincelle derrière eux», ajoute notre interlocuteur.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!