Lutte contre la violence et les bandes des quartiers à Souk Ahras : Installation de la commission de wilaya | El Watan
toggle menu
samedi, 21 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Lutte contre la violence et les bandes des quartiers à Souk Ahras : Installation de la commission de wilaya

25 mai 2021 à 9 h 10 min

La commission de wilaya pour la lutte contre la violence et les bandes des quartiers a été récemment installée à Souk Ahras, en vertu du décret exécutif 21-123 du 29/03/2021.

En plus des institutions publiques concernées, à savoir des représentants des services de sécurité, des directions de l’action sociale (DAS), de la santé et de la population (DSP), de la jeunesse et des sports (DJS), de la culture, des affaires religieuses et de la formation professionnelle, ladite commission compte parmi sa composante des militants associatifs.

Des échos favorables à la mise en place de ladite commission et à son implication positive dans la prévention des fléaux sociaux en milieu urbain ont suivi cette démarche. Karim B., le président d’une association locale spécialisée dans la lutte contre la toxicomanie, a apporté au journal, le commentaire suivant  : «Il est important de se pencher à temps sur les fléaux de la violence et la création des bandes de marginaux dans les quartiers de nos villes, car il y va de la sécurité du citoyen et du devenir de notre jeunesse. Notre rôle à tous consiste à promouvoir les activités sportives, culturelles et sociales dans nos cités où le rôle de la société civile doit être visible.»

Et d’étayer que devant la recrudescence des actes de violence et des batailles rangées, la mobilisation devient impérative. Pour un membre de la commission questionné à ce sujet, la prévention commence par la création de moyens de détente et de distraction au niveau des cités résidentielles, d’une conception urbaine qui tiendrait compte de l’épanouissement des jeunes, d’une prise en charge efficace des cas jugés pathologiques, de la mise en place d’un programme d’insertion socioprofessionnelle et d’un plan d’action qui impliquerait toutes les parties concernées. «Le phénomène des batailles rangées, par exemple, trouve sa raison d’être dans ce sentiment d’appartenance à un quartier défavorisé à une agglomération socialement sous-classée par rapport à d’autres sinon à un groupe de jeunes qui se partagent en commun une foultitude de déceptions et réagissent positivement à l’effet d’entraînement dans l’accomplissement d’actes délictueux qui peuvent à tout moment dégénérer en crime.

À Souk Ahras, à titre illustratif, ce sont les cités souffrant d’exiguïté et d’aménagement approximatif qui représentent des fiefs de la délinquance», a-t-il indiqué.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!