Conseil régional de déontologie médicale de Batna : Hausse des plaintes en gynécologie et chirurgie générale | El Watan
toggle menu
lundi, 29 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Conseil régional de déontologie médicale de Batna : Hausse des plaintes en gynécologie et chirurgie générale

01 mars 2020 à 9 h 05 min

Regroupant les wilayas de Biskra, Khenchela, Tébessa, El Oued et Batna où est implanté son siège, le Conseil régional de déontologie médicale (CRDM) a traité 51 affaires de fautes professionnelles commises par des médecins en 2019 «dont seulement 8 de ses affaires concernent des praticiens de la santé du secteur privé», a révélé Farid Khanouche, président de cette instance disciplinaire.

Cette dernière ayant en charge de défendre les médecins, mais aussi de réprimer tous les manquements à l’éthique professionnelle dont ceux-ci pourraient être accusés. «Nous avons étudié et émis des sanctions allant de l’avertissement au blâme ou à la fermeture du service médical ou du dispensaire dans 43 affaires impliquant des médecins du secteur public.

Les plaintes nous parvenant des tribunaux auxquels les plaignants préfèrent s’adresser en premier lieu concernent les domaines de la gynécologie et de l’obstétrique et de la chirurgie générale, dont on remarque une nette augmentation. Viennent en suite les affaires relatives à la pédiatrie, à l’orthopédie, aux anesthésies et à l’ophtalmologie. Il ne rentre pas dans nos prérogatives de prononcer des peines de prison, d’infliger des amendes à des médecins fautifs ou de dédommager des patients ou leurs familles en cas de fautes professionnelles médicales avérées. Cela est du ressort de la justice.

Nous sommes juste les garants de la déontologie médicale et du respect du serment d’Hippocrate», a-t-il précisé. À noter que pour le premier mois de l’année en cours, le CRDM de Batna a déjà reçu 6 dossiers de graves erreurs médicales ayant entrainé le décès ou l’amputation d’un membre à un diabétique, un accidenté ou à un ouvrier ou encore provoqué un handicap à vie d’un malade, dont le cas s’est aggravé après avoir été médicalement pris en charge dans un hôpital public.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!