Bordj Bou Arreridj : Vers une délocalisation du Marché Boumezreg | El Watan
toggle menu
vendredi, 20 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan19092019





Bordj Bou Arreridj : Vers une délocalisation du Marché Boumezreg

21 août 2019 à 8 h 00 min

Si le mot «souk» est, dans le langage populaire bien de chez nous, synonyme d’anarchie et de désordre, le marché Boumezrag en est la meilleure illustration. Implanté au centre ville, le marché en question draine des milliers de citoyens, attirés par l’abondance et l’embarras du choix: des fruits et légumes des meilleurs maraichers, des poissons et des viandes, des magasins de vêtements et de la friperie sur des étals, mais aussi l’endroit est idéal pour les délinquants qui opèrent en jouant du chat et la souris avec la police.

Pour en finir avec cet état des lieux, il y a quelques années, d’immenses travaux de réhabilitation ont été engagés par les responsables d’alors, pour débarrasser la ville du paysage de désolation qui lui collait à la peau depuis belle lurette. Des tractopelles, des camions à bennes, des pelles, des brouettes et des dizaines d’agents ont été mobilisés pour donner un coup d’éclat à ce lieu de rencontres qui draine des milliers de badauds chaque jour.

Pour les commerçants qui y exerçaient leurs activités respectives, l’initiative de la commune est louable, leur permettant de travailler et surtout d’accueillir les clients dans de meilleures conditions. Or, au fil des mois et des semaines, l’anarchie a refait surface, reprenant de plus belle «ses droits».

De surcroit, le souk Boumezreg est installé sur le cours d’oued couvert, ce qui a encouragé la prolifération des rats d’égouts, des chats et des chiens errants, attirés par les tas d’ordures éparpillés partout. Juste à coté, un soit disant projet d’espace vert, révélé durant les années 80,où même des bassins et des jets d’eau ont été prévus pour embellir les alentours. Sauf que le projet a été abandonné pour que l’endroit se transforme par la force des choses en marécage pendant le jour et en refuge pour les délinquants parmi les toxicomanes et les dealers à la tombée de la nuit.

Bref, tous les moyens ont été réquisitionnés pour donner au marché l’aspect qui sied au centre ville, avec des pavillons répartis en cabanes selon la nature de l’activité. Il a été même prévu la fermeture du souk Boumezreg chaque dimanche, le souk de Bab M’sila, à 500 mètres de là, chaque mardi et le marché hebdomadaire de gros, sur la route d’El Annasser, chaque vendredi pour permettre aux agents de nettoyage de donner un coup de balai, tout en menaçant de frapper  d’une «main de fer» les récalcitrants en vue d’en finir avec l’anarchie et mettre de l’ordre dans le bazar. En l’état actuel des choses, le marché continue d’accueillir les badauds dans la gadoue, avec des essaims de mouches et d’insectes et l’insécurité. Mais à quand en finir avec cette situation ?

«Incessamment. Certes, le marché a terni pendant longtemps le paysage de la ville, mais cette fois ci c’est la bonne. Nous avons pris la décision de raser complètement le souk, et ce, dans les plus proches jours, en le déplaçant à la cité El Djebbes,pour créer sur cet espace un air de jeux et de détente pour les habitants. Idem pour le marché Cherifi,à quelques centaines de mètres de là, qui sera déplacé à l’ancienne gare routière, pour le remplacer par une autre air de jeux et de loisirs»,  nous répond M.Ould Slimane, maire adjoint de la commune de Bordj.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!