Bir El Ater (Tébessa) : La ville n’en finit pas avec les protestations | El Watan
toggle menu
dimanche, 03 juillet, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Bir El Ater (Tébessa) : La ville n’en finit pas avec les protestations

10 septembre 2019 à 9 h 14 min

Les bénéficiaires de lots de terrain dans le cadre de l’auto-construction, à Bir El Ater, n’ont pas trouvé d’autre solution que celle de fermer le siège de la mairie.

Ainsi, ils tenaient à dénoncer la lenteur administrative concernant la délimitation desdits terrains par les services concernés. Ainsi, une cinquantaine de ces bénéficiaires et après avoir soulevé à maintes reprises leurs doléances au président de l’APC, ont emmuré, avant-hier, l’entrée principale de cette institution publique, empêchant ainsi l’accès de la mairie aux employés. «On a bénéficié de lots de terrain, mais sur papier seulement.

Cela fait trois ans que nous attendions la régularisation de la situation. Et puis, quand est-ce qu’on va construire nos maisons ? Avec les prix des matériaux de construction qui ne cessent de flamber, bâtir nos habitations devient impossible», a déclaré Mohamed Seghir.

Ces manifestants, qui ne comptent pas suspendre leur action jusqu’à ce que leur problème soit réglé, ont mené, rappelons-le, plusieurs actions de protestation, la dernière en 2018, quand les mêmes citoyens ont cadenassé pendant plusieurs journées le siège de l’Hôtel de Ville.

Par ailleurs, les chômeurs de la région de Bir El Ater ne semblent pas se décourager. Jusque-là les mouvements de protestation qu’ils ont menés n’ont abouti qu’à des promesses non tenues des autorités locales. Jeudi dernier, une vingtaine de jeunes chômeurs, qui en ont ras- le-bol, soutiennent-ils, ont opté pour un nouveau mode d’emploi pour se faire entendre par les autorités locales, à leur tête le wali de Tébessa, «s’en prendre à l’antenne locale de l’Agence nationale d’emploi (ANEM)».

Convaincus d’être victimes de marginalisation de cette structure, ces jeunes chômeurs y ont investi la petite cour et les bureaux, avant d’ériger un mur de briques à l’entrée, interdisant aux fonctionnaires d’y accéder. Ils sont venus des quatre coins de la région de Bir El Ater et disent ne plus savoir à qui s’adresser.

La commune de Bir El Ater, à 90 km du chef-lieu, est considérée comme la plus riche des 28 communes que compte la wilaya de Tébessa, elle vit au rythme de la contestation. La gestion de l’Assemblée populaire communale est pointée du doigt par les habitants.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!