Aïn Beïda (Oum El Bouaghi) : Des jeunes ferment le siège de l’APC | El Watan
toggle menu
mardi, 27 septembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Aïn Beïda (Oum El Bouaghi) : Des jeunes ferment le siège de l’APC

23 octobre 2019 à 9 h 00 min

Des dizaines de jeunes ont fermé hier le siège de la mairie d’Ain Beïda, empêchant les employés d’y accéder. Ils exigent que soient connus les futurs bénéficiaires de lots de terrain au profit des jeunes sans emploi.

Pour rappel, lors du mandat précédent, environ 400 lots de terrain ont été attribués à des jeunes. En ce temps, tous ceux qui se sont sentis lésés par cette attribution ont manifesté leur colère en bloquant le siège de la mairie. Des assurances ont été données aux recalés par une prochaine attribution. Avec l’installation de la nouvelle Assemblée, beaucoup de jeunes ont déposé des dossiers. Or, comme nous le signale un jeune protestataire, rien n’a été fait jusqu’à présent.

Un autre nous informe qu’il a déposé un dossier en 2013 et jusqu’à ce jour, il n’a rien vu venir. Contacté, le P/APC a affirmé qu’il y aurait deux quotas de lots de terrains qui seront concédés aux citoyens dans le besoin. Près de 900 lots en tout cas que la mairie affectera dans les mois à venir. «Notre but est de satisfaire tout le monde. Nous voulons éviter que dans une seule famille il y ait plus d’un attributaire. Les gens qui protestent aujourd’hui exigent que l’affichage soit connu à l’occasion de la fête du 1er Novembre», nous assure le maire, Tiab Zine.

Un Tunisien arrêté en possession de psychotropes

Lundi dernier, un ressortissant tunisien et un citoyen de la ville d’Aïn Beida ont été déférés devant le tribunal de la ville pour détention et commercialisation de comprimés de psychotropes. L’affaire remonte à la fin de la semaine dernière quand les services de la police ont été informés de la présence d’un ressortissant tunisien s’apprêtant à écouler des comprimés de psychotropes. Grâce à une souricière tendue à l’entrée de la ville d’Aïn Beïda, le mis en cause sera appréhendé.

Conduisant un camion de gros tonnage, le chauffeur sera soumis à la fouille au corps, ce qui a permis aux éléments de la police de mettre la main sur 440 comprimés de psychotropes de différentes marques, ainsi que 9600 DA et 570 dinars tunisiens. La poursuite de l’enquête a permis également de confondre son acolyte, un citoyen de la ville. Il y a deux semaines, une descente policière a démantelé un réseau de dealers dans la même ville et d’autres dans les villes d’Oum El Bouaghi, Souk Naâmane et Dhalaâ.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!