Tipasa : Une décision du wali fait scandale | El Watan
toggle menu
mardi, 23 avril, 2019
  • thumbnail of elwatan20190423

Tipasa : Une décision du wali fait scandale

14 avril 2019 à 10 h 50 min

Moussa Ghelaï, (ex.wali, ndlr) avait décidé lors de sa visite de travail dans la daïra de Cherchell, d’aménager un immense hangar situé au centre de la ville de Cherchell, en une salle sportive pour accueillir tous les jeunes amateurs d’arts martiaux.

Cette proposition de l’ex. Chef de daïra de Cherchell acceptée par l’ex.Chef de l’Exécutif de la wilaya de Tipasa avait été accueillie avec une grande satisfaction par la population de l’ex.Césarée et  de ses localités environnantes. Hélas, le pouvoir de l’argent continue à ce jour à faire plier les décideurs de la wilaya de Tipasa.

Contre toute attente, agissant dans l’opacité la plus totale, l’actuel wali, Bouchemma Mohamed, sans consulter les autorités locales, ni la société civile, ordonne le traitement du dossier en quelques heures, pour donner son accord le 05 février 2019, à la sarl Césari, afin de « réglementer » l’attribution de ce hangar de près de 800 m2, au jeune Abdelhak  S, né le 19 décembre 1982 à Hadjout, et transformer cette vieille infrastructure  en un centre commercial, située en plein centre urbain de la ville, mitoyenne avec plusieurs centaines de magasins et des locaux commerciaux.

Plus grave encore, les services de sécurité (police, gendarmerie nationale) censés veiller aux dérives dans la gestion des affaires publiques locales, ne semblent pas se soucier de ces actes sordides. Le bénéficiaire Abdelhak S, s’est  vu attribuer par l’administration complice de la wilaya de Tipasa une terre agricole d’une superficie avoisinant les 05 ha dans la commune de Ahmeur-El-Ain, selon le registre des actes administratifs de 2014. L’acte de concession porte la référence 632.

Toujours grâce à cette administration, il s’est vu attribuer un agrément pour la commercialisation des engrais. Il détient le monopole au niveau de la wilaya. Il bénéficie d’un soutien annuel de l’Etat  dans le cadre des faveurs accordées au secteur de l’agriculture, qui s’élève à plusieurs milliards de centimes.

Le jeune  S. Abdelhak parfaitement introduit dans les mécanismes de gestion de l’administration, pourvu de ses milliards et bénéficiant de l’opacité qui règne, a réussi à décrocher d’autres biens et obtenu des facilités dans la commune de Tipasa.

Après avoir fermé totalement le grand hangar, il a entamé les travaux sans permis de construire à l’intérieur, bien que la ville recèle des sites archéologiques. « Nous pouvons intervenir dans le cas où les travaux se déroule à l’extérieur nous explique le directeur de la culture, en plus je n’ai pas reçu le dossier », nous dit-il. Contacté par nos soins pour répondre à nos questions, Mme Hakima H, la directrice de l’urbanisme de la wilaya qui a pourtant donné son accord pour ce troublant dossier, « non je ne vois pas où c’est, nous répond-t-elle, non, non, je ne sais rien », faisant semblant d’ignorer tout, pourtant elle était présente lors de l’inspection de l’ex.wali dans le site et lors de la réunion du 05 février 2019.

Elle n’a pas le courage d’assumer ses actes, une façon de se dérober du scandale. Pourtant, elle était bien impliquée dans des affaires scabreuses avec les précédents walis. L’impunité et le soutien « d’en haut » pour service rendu. « La décision d’attribution de ce hangar ayant appartenu à l’ex.SAP de Cherchell, revient uniquement au wali selon la réglementation nous déclare le directeur des domaines de la wilaya, mais j’ignorais que l’ex.wali de Tipasa avait décidé d’octroyer ce hangar au secteur de la jeunesse et des sports pour les arts martiaux enchaîne-t-il. Si vous connaissez un investisseur dans le secteur des sports, vous pouvez nous ramener son dossier, il y a des possibilités ailleurs », ajoute-t-il.

Les fonctionnaires locaux et leurs homologues de la wilaya sont tétanisés et craignent de répondre à nos questions. « Je n’étais pas encore en poste nous indique le directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya, mais si les autorités nous confient cette infrastructure pour la pratique des arts martiaux, nous sommes preneurs », conclut-il.

L’effervescence a gagné l’esprit des citoyens et des commerçants de la ville de Cherchell, à la suite de cette décision scandaleuse du wali de Tipasa, l’un des protégés de l’ex. Ministre de l’Intérieur, Nordine Bedoui. L’acte de concession avait été signé le 28 février 2019 et porte la référence 92, soit six jours après la 1ère manifestation (Hirak, ndlr) des populations de Cherchell.

Il suffit à Bouchemma Mohamed de se rendre sur le site, pour se rendre compte que la création d’un centre commercial est inadmissible, car les conséquences seront fâcheuses. La corruption a noyé la wilaya de Tipasa dans un univers, où seuls les délinquants continuent à s’accaparer des biens publics, grâce à leurs argents et leurs solides liens avec cette administration complice.

 

 

 

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!