Tipasa : Le hirak défend un monument naturel | El Watan
toggle menu
dimanche, 08 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191208

  • Massage Tunisie



Tipasa : Le hirak défend un monument naturel

13 juin 2019 à 10 h 00 min

Le mont Chenoua,  gigantesque monument naturel, est défendu désormais par les citoyens.

Les pouvoirs publics et les autorités locales de la wilaya de Tipasa auront été laxistes et passifs, au moment où ce «territoire», couvert par des variétés de flores et habité par moult espèces d’oiseaux et d’animaux, était agressé par la prolifération de constructions illicites, mais surtout par les carrières, ayant provoqué le courroux des populations berbères, les familles chenouies.

Le mont Chenoua est «malade» de ces verrues (carrières, ndlr). La course vers l’argent facile a eu raison de la défiguration de ce patrimoine naturel immense, qui avait inspiré des écrivains de grande renommée, pour ne citer que notre Assia Djebar et Albert Camus, alors que les artistes-peintres nationaux et étrangers avaient immortalisé cette montagne impressionnante qui plonge vers la mer sur leurs toiles.

Toutes les tentatives entreprises par quelques responsables et associations écologistes pour son classement avaient échoué. Il aura fallu attendre la décision de l’ex-wali de Tipasa, Moussa Ghellaï, qui a signé le 20 juillet 2017 l’arrêté sous la référence 1029, relatif à son classement.

Les massacres écologiques autorisés par les fonctionnaires de l’Etat ont conduit au grave déséquilibre de l’écosystème au niveau de la partie centre de la wilaya de Tipasa et en particulier dans les communes de Nador, Cherchell et Tipasa (voire El Watan du 14 février 2019).

De pseudo-investisseurs avaient obtenu les autorisations officielles pour massacrer ce monument naturel sans qu’ils soient contrôlés rigoureusement. A ce jour, le volume d’agrégats enlevés du mont Chenoua demeure inconnu. La structure de wilaya chargée de la gestion des carrières trouvait réglementaire le carnage du patrimoine naturel, en raison des autorisations officielles.

Un pseudo-investisseur avait même sous-traité avec une entreprise turque. L’exploitation de ces carrières est devenue incontrôlable. Le pouvoir de l’argent dans la wilaya de Tipasa est un secret de Polichinelle, ce qui explique la multiplication des scandales qui sont découverts ces dernières semaines.

Dans cet élan de destruction de l’environnement naturel à Tipasa, Kouninef, à travers sa SARL Kougc, avait sollicité la wilaya de Tipasa pour une concession de 105 ha au mont Chenoua, afin de la transformer en une carrière, selon sa demande établie le 7 janvier 2019 sous la référence n° 35/SGPEP/cft/2019.

Le silence des autorités de wilaya et l’impuissance des P/APC face au diktat des pseudo-investisseurs, avaient fait réagir les populations rurales. Les citoyens avaient bloqué l’accès aux camions de transport des agrégats pendant plusieurs jours.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!