Véhicule de transport avec chauffeur (VTC) : Légal à Alger, interdit à Blida ! | El Watan
toggle menu
samedi, 03 décembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Véhicule de transport avec chauffeur (VTC) : Légal à Alger, interdit à Blida !

02 mai 2021 à 10 h 24 min

Au moment où l’application de transport avec chauffeur Yassir (et autres du même genre) connaît de plus en plus de succès grâce à ses services rendus aux citoyens en matière de déplacements, un nouvel investisseur dans le VTC (véhicule de transport avec chauffeur) dans la wilaya de Blida a vu son activité brusquement arrêtée, dimanche, après moins d’une semaine d’activité !

La cause évoquée par les autorités locales : l’investisseur ne possède pas un agrément de taxi ! Et pourtant, le concept de VTC ne nécessite pas cet agrément. A Alger, il y a même eu la création d’un incubateur pour encourager les startups activant dans le créneau de la VTC.

«J’ai un registre de commerce qui réglemente mon activité, comme Yassir et les autres VLC.

En plus, mes véhicules ne comportent pas la mention de taxi. Aussi, je travaille sur la base d’un call center. Pourquoi c’est permis à Alger et interdit à Blida ?», se demande-t-il. Et de dénoncer : «Portant la mention Moov Services, même la couleur rose de mes véhicules n’a pas plu aux autorités ! Je l’ai choisie, car les chauffeurs sont des femmes et les clientes aussi, tout simplement.»

Aucune notification officielle

Le comble est qu’aucune notification officielle n’a été adressée au concerné. «Il y avait une poursuite policière des véhicules pour entamer la suspension. Sinon, aucun écrit officiel, ni encore moins l’établissement d’un PV de réunion avec le directeur du transport de Blida», dénonce-t-il.
Autre paradoxe, les autorités locales prétendent que seul le transport en voitures en mode taxi, qui est permis, alors que les licences de taxi sont gelées à Blida depuis plusieurs années.

La question qui se pose est : pourquoi la direction du transport de la wilaya de Blida n’exige pas des taxieurs de fonctionner avec les taxis, comme cela est stipulé par la réglementation. Pourquoi elle ferme les yeux sur les prix exorbitants appliqués par les chauffeurs de taxi, où un simple déplacement de deux kilomètres seulement peut coûter jusqu’à 300 DA ?

Pourquoi les bus sont bondés en ces temps de pandémie et ne sont presque jamais inquiétés lorsqu’ils ne respectent pas le code de la route ? Pourquoi certaines lignes ne sont pas desservies par les bus étatiques alors qu’elles sont rentables ?

Tout simplement parce qu’il y a une mafia du transport à Blida… couverte par l’administration !


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!