Une salle des fêtes pose problème | El Watan
toggle menu
lundi, 22 avril, 2019
  • thumbnail of 20190422


Une salle des fêtes pose problème

08 août 2016 à 10 h 00 min

Le gérant de la salle des fêtes située au 55, rue Ahmed Belhadef, à Mouzaïa, continue de défier et de narguer ses voisins et même les pouvoirs publics par la diffusion de musique amplifiée, causant des préjudices au calme et à la quiétude des riverains, des personnes âgées et des malades en particulier. Malgré la correspondance adressée par les services de la DRAG de la wilaya de Blida à l’APC notifiant et approuvant la non-conformité avec la loi des établissements de spectacle et salles des fêtes et le non-respect des conditions définissant les normes de l’activité, le propriétaire continue de nuire à la tranquillité et à la sérénité de ses voisins. «Le respect du droit au calme des riverains est bafoué», s’insurge un habitant.

En mars dernier, après plusieurs plaintes, sans succès, des habitants, les services de l’APC de Mouzaïa avaient lancé une opération en vue de rassembler les doléances formulées par les riverains de la salle des fêtes et exiger du gérant de se conformer à la législation en matière d’exploitation des lieux diffusant de la musique et autres bruits sonores. Quinze familles habitant dans les alentours de la salle avaient signalé des infractions, émis des réserves et exigeaient la fermeture de l’établissement contre neuf (étrangers au quartier pour la plupart) qui ne voyaient aucun inconvénient que les activités de la salle continuent.
Selon nos sources, le rapport rédigé par les services concernés de l’APC de Mouzaïa envoyé et accompagné du registre de doléances à la daïra notifiait la fermeture de la salle des fêtes, décision approuvée par la DRAG de Blida.

Celle-ci, dans une correspondance adressée à l’APC de Mouzaïa, outre la notification de la fermeture de la salle des fêtes par la police, invitait les services concernés de la commune à refuser le dépôt du dossier d’agrément pour absence de conditions d’exercice de l’activité. Rappelons que dans son rapport, le commissaire enquêteur de l’APC avait bel et bien mentionné le caractère illégal de l’activité et émis un avis défavorable quant au fonctionnement de la salle.

Cependant, depuis le début du mois de juillet, des fêtes sont programmées et le tapage sonore a pris de l’ampleur. «La diffusion de musique amplifiée durant tout l’après-midi nous cause d’énormes désagréments, nous empêchant de savourer un moment de répit à cause des bruits perturbateurs émanant de la salle», déplore un voisin de la salle en question, où aucune isolation acoustique n’a été prévue. Les riverains demandent aux services de la police d’intervenir afin de faire respecter l’ordre et rétablir le calme dans le quartier. «Nous avons entière confiance en la police pour faire appliquer les décisions de l’administration», souligne un habitant de la rue Ahmed Belhadef. D’autres habitants interpellent la direction du commerce de la wilaya de Blida et invitent le service de la répression des fraudes à se déplacer et constater de visu l’illégalité du fonctionnement sans agrément de cette salle et prendre les mesures qui s’imposent.

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!