Khaled Ramoul. Recteur de l’université Blida 2 (Ali Lounici / El Affroun) : «La première école formant des commissaires aux comptes sera opérationnelle à la rentrée» | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822



  • Pub Alliance Assurance


Khaled Ramoul. Recteur de l’université Blida 2 (Ali Lounici / El Affroun) : «La première école formant des commissaires aux comptes sera opérationnelle à la rentrée»

30 juillet 2019 à 9 h 25 min

A l’instar des autres universités du pays, Blida 2 est en pleine préparation de la rentrée. Qu’en est-il de cette opération ?

En dehors des 34 000 étudiants que compte notre université, nous nous préparons actuellement à accueillir 6000 nouveaux étudiants pour la rentrée. Et pour ce faire, nous avons mis à leur disposition les moyens humains et matériels nécessaires à même de faciliter leurs préinscription et inscription. Notre rôle est de les accompagner dès maintenant, et ce, jusqu’au jour où ils termineront leur cursus universitaire.

L’opération a débuté par des journées portes ouvertes, du 15 au 23 juillet, afin d’expliquer aux nouveaux étudiants tout ce qui est en rapport avec la pédagogie et l’hébergement universitaire. Ensuite, il y a eu la période des préinscriptions, du 22 au 24 juillet, elle a été suivie par celle de la confirmation des préinscriptions (25 au 26 juillet). Le traitement des vœux se fera du 27 juillet au 3 août, alors que la proclamation des résultats des affectations aura lieu le 3 août au soir.

Une autre phase, qui s’étendra du 2 au 8 septembre, concernera les inscriptions définitives et les dossiers des œuvres universitaires. La période du  2 au 12 septembre portera sur le traitement des cas particuliers par les EES (PROGRES) et la réouverture du portail hébergement, bourse et transport. Le défi de la tutelle est de clôturer définitivement les inscriptions le 12 septembre prochain pour l’année universitaire 2019/2020.

Et qu’en est-il des spécialités disponibles ?

Notre université recèle quatre facultés et qui sont : faculté de l’économie et des sciences commerciales, faculté des langues et littératures, faculté de droit et sciences politiques, faculté des sciences humaines et sociales. Tout cela pour une offre de formation globale de 81 spécialités. Aussi, l’université Blida 2 est parmi les rares établissements de l’enseignement supérieur qui assure la formation dans la spécialité langue et littérature italienne.  En Algérie, il y en a trois : Blida 2, l’université d’Alger et l’université d’Annaba. Et pour mieux développer nos offres de formation par rapport au marché du travail, nous avons organisé une rencontre avec les services de la wilaya de Blida afin d’avoir une idée sur les besoins exprimés par les différentes administrations locales et les opérateurs économiques en matière de spécialités universitaires et répondant à la vocation de notre université. Il a été conclu que les domaines liés à la gestion des ressources humaines, à l’environnement, à la gestion des grandes catastrophes, aux assurances, au foncier, à l’aménagement du territoire et le développement durable sont demandés par le marché du travail, ce qui nous pousse à diversifier nos offres de formation dans ces domaines cités afin de former utile. Et en dehors des étudiants algériens,  81 étudiants de 12 nationalités poursuivent leurs études à Blida 2.

Des nouveautés pour la rentrée ?

Oui. Concernant le master, 80% des inscriptions se feront directement à l’université. Auparavant, il fallait passer obligatoirement par un système national, comportant malheureusement quelques défaillances. Nous continuons par contre à assurer la formation à distance pour ce qui est du master en sciences de l’information et de la communication et les ressources humaines. Pour le moment, 453 étudiants sont concernés. Il faut dire que ce type de master est reconnu par la Fonction publique et le secteur économique et n’a rien à envier au master classique. Les personnes aux besoins spécifiques semblent intéressées par cette formation à distance. Notons aussi que notre université aura sa propre bibliothèque centrale au plus tard au mois de décembre 2019.Par ailleurs, il est utile de signaler que la première école dédiée aux métiers de la comptabilité et de commissaire-priseur en Algérie verra le jour au sein de notre université, et ce, à partir de la prochaine rentrée universitaire. Elle formera des experts comptables, des commissaires aux comptes, ainsi que des commissaires-priseurs. Auparavant, et pour accéder à ces métiers, il fallait passer par de longues étapes professionnelles et des stages pratiques. Avec cette nouvelle école, l’étudiant passera deux ans pour obtenir un diplôme pour pouvoir les exercer.

Elle sera située au sein de la faculté des sciences économiques et commerciales et fonctionnera sous deux tutelles, à savoir le ministère des Finances et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le choix de Blida 2 pour implanter l’école en question n’est pas fortuit, puisque notre université est située sur un carrefour important, pas loin de l’autoroute Est-Ouest et de la capitale. Aussi, nos enseignants dans le domaine de l’économie et de la comptabilité, ayant une notoriété internationale, contribueront, à coup sûr, à assurer une formation de qualité aux futurs commissaires aux comptes, experts comptables et commissaires-priseurs. Il reste toutefois les modalités d’inscription et les conditions d’accès à cette école qui ne sont pas encore définies.  Concernant le recrutement de nouveaux enseignants, sur les 24 postes budgétaires qui nous ont été octroyés par la tutelle, 18 seront destinés à la faculté des sciences économiques, commerciales et de gestion. Il faut dire que les spécialités liées à cette branche drainent beaucoup d’étudiants, nous comptabilisons d’ailleurs 12 052 étudiants dans la faculté en question. Et cette dernière est la plus convoitée par les étudiants, d’où l’urgence d’élever le nombre des encadreurs dans cette faculté, afin d’y améliorer, en permanence, la qualité de l’enseignement. 

Toujours en matière de nombre d’étudiants, la faculté des sciences économiques, commerciales et de gestion est suivie par celle des sciences juridiques et politiques (7665 étudiants), lettres et langues (7146 étudiants), sciences humaines et sociales (6522 étudiants). J’aimerais aussi vous dire que l’université Blida 2 est très vaste,  elle est implantée sur une superficie de 200 hectares. Nous avons décidé de la sécuriser davantage, à la rentrée, afin d’éviter aux intrus de rôder dans l’enceinte universitaire. A la rentrée, ça sera un véritable village universitaire comportant toutes les commodités nécessaires aux étudiants, comme les locaux offrant divers services, bureau de  poste…

Et concernant les conventions de votre université ?

Nous avons établi sept conventions internationales. Les universités concernées se trouvent en France (Le Mans), Liban (Beyrouth), Turquie, Jordanie et Lesotho. Et nous avons deux autres projets de convention avec des universités polonaise et autrichienne. Cela afin d’échanger les expériences et faire bénéficier nos étudiants de la recherche scientifique   de ces universités. En dehors de ces conventions, Blida 2 a aussi tracé un programme de coopération internationale avec l’Union européenne, et ce, à travers le programme Erasmus plus.

Pour les conventions avec les universités et centres de recherche nationaux, nous en avons 16. Nous avons établi, également, 27 conventions avec les partenaires socio-économiques, comme les organisations patronales (clubs économiques algériens et le Ceimi), le Conseil national de la concurrence, l’Ordre des avocats, la Chambre des huissiers de justice…Cela pour aider nos étudiants à trouver des terrains de stage durant leur cursus universitaire et bénéficier de la pratique. Concernant les manifestations scientifiques, nous avions inscrit 50 manifestations nationales et internationales, malheureusement seules 14 ont été concrétisées à cause de la conjoncture actuelle que vit le pays.  Nous organisons aussi des activités au sein de la Maison de l’entrepreneuriat de l’université. Nous invitons notamment les différents dispositifs de l’emploi, comme l’Ansej, l’Angem et la CNAC à expliquer leurs missions afin d’inculquer à nos étudiants le sens de l’initiative et de l’entrepreneuriat.

La Fonction publique ne recrute plus comme avant et le secteur économique ne pourra jamais, à lui seul, absorber les dizaines de milliers de sortants des universités, d’où l’importance d’encourager l’entrepreneuriat auprès de nos étudiants, pour qu’ils travaillent à leur propre compte une fois le diplôme en main. Nous essayons de leur garantir des formations de qualité et des terrains de stage pour qu’ils puissent s’épanouir dans le monde professionnel, tout en étant étudiants. Ensuite, c’est à eux de relever le défi une fois qu’ils quittent les amphis. Il est aussi utile de rappeler que cinq majors de promo du département d’anglais de notre université ont été envoyés en Angleterre pour une formation de deux ans. Le département de la langue et littérature anglaise de Blida 2 souffre du manque d’encadrement.

A travers l’envoi des cinq étudiants en Angleterre, on espère qu’ils renforceront l’effectif du département en question une fois leur formation en post-graduation terminée. Nous avons actuellement 1158 doctorants dans diverses spécialités. L’autre challenge est d’arriver à encourager les sociétés savantes auprès des enseignants et à faire classer Blida 2 parmi les cinq premières universités à l’échelle nationale, et parmi les 800 sur l’échelle internationale. Notre université est jeune, mais cela ne nous empêche pas de relever le défi…  


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!