Hommage au Moudjahid Boualem Kanoun | El Watan
toggle menu
mardi, 23 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan23072019
  • Pub Alliance Assurance






Hommage au Moudjahid Boualem Kanoun

09 juillet 2019 à 8 h 26 min

Boualem Kanoun est ce grand moudjahid qui a beaucoup donné à son pays sans pour autant vouloir profiter de son statut. Né le 21 juillet 1918 dans la petite localité de Halouiya, dans la commune de Soumaâ, à une dizaine de kilomètres à l’est de Blida, il a commencé son militantisme à un âge précoce. A la fin des années 1930, il a rallié le PPA.

Ayant vécu les différentes étapes connues par le mouvement national, tout en assistant aux différentes idéologies et à la façon de préparer la guerre de libération, cela l’a davantage mûri. Il était proche de Souidani Boudjemaâ et de Mohamed Boudiaf, et tissait des liens avec plusieurs personnalités historiques durant la Révolution nationale.

Il était chargé notamment, de fabriquer, aux environs de Boufarik, des bombes pour les moudjahidine. Après l’indépendance, les historiens de la Wilaya IV le sollicitaient souvent pour s’assurer de la véracité de certains faits qui se sont déroulés dans cette wilaya historique, tellement il réussissait à faire le bon «coordinateur» durant la Révolution nationale. Il déclara un jour : «Au cours du mois d’avril 1950, Boudiaf est venu me voir me demandant de nouer des contacts avec les éléments se trouvant dans les montagnes de Blida. Je l’ai mis en contact avec Souidani Boudjemaâ, Bouchaïb, Ouamrane et Salah Zaâmoum. De longues discussions furent entamées entre eux sur la façon de déclencher la Révolution.» Mohamed Boudiaf le chargea de mettre au point des bombes pour les utiliser au moment opportun. C’est ainsi que Boualem Kanoun a pu confectionner, avec le soutien de Souidani Boudjemaâ, plus de 300 engins explosifs qui ont été utilisés au moment opportun. Son activisme au sein de l’Organisation secrète (OS) a poussé les autorités coloniales à le condamner à mort.

Après l’indépendance, il a été P/APC de la commune de Soumaâ pendant quelques années, puis élu à l’APW. De nature modeste, il est de cette trempe qui ne profite pas de son statut révolutionnaire pour s’enrichir et se servir. Il a terminé sa vie dans une petite et modeste maison à l’avenue de la Gare. Le hasard a voulu qu’il soit né au mois de juillet, et qu’il meurt le trois du même mois de l’année 2007, soit le jour coïncidant avec l’anniversaire de la proclamation officielle de l’indépendance du pays. L’une de ses filles est née le 1er Novembre 1954, à minuit plus exactement ! Voilà des faits «insolites» qui en disent certainement long sur le nationalisme de Ammi Boualem… 

Loading...
(function(){ var D=new Date(),d=document,b='body',ce='createElement',ac='appendChild',st='style',ds='display',n='none',gi='getElementById',lp=d.location.protocol,wp=lp.indexOf('http')==0?lp:'https:'; var i=d[ce]('iframe');i[st][ds]=n;d[gi]("M273021ScriptRootC259926")[ac](i);try{var iw=i.contentWindow.document;iw.open();iw.writeln("");iw.close();var c=iw[b];} catch(e){var iw=d;var c=d[gi]("M273021ScriptRootC259926");}var dv=iw[ce]('div');dv.id="MG_ID";dv[st][ds]=n;dv.innerHTML=259926;c[ac](dv); var s=iw[ce]('script');s.async='async';s.defer='defer';s.charset='utf-8';s.src=wp+"//jsc.mgid.com/e/l/elwatan.com.259926.js?t="+D.getYear()+D.getMonth()+D.getUTCDate()+D.getUTCHours();c[ac](s);})();

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!