Mohamed Ahmed Moussi. P/APC de Oued Koriche : «Régler le problème de la crise du logement est notre cheval de bataille» | El Watan
toggle menu
lundi, 10 août, 2020
  • thumbnail of elwatan10082020




Mohamed Ahmed Moussi. P/APC de Oued Koriche : «Régler le problème de la crise du logement est notre cheval de bataille»

13 février 2020 à 9 h 00 min

– Nous avons rencontré les habitants de Diar El Karmoud qui nous ont expliqué leur situation ainsi que les démarches entreprises pour régler leur problème. Que pouvez-vous dire à ce sujet ?

Tout d’abord, je tiens à préciser que ce n’est pas uniquement les habitants de Fontaine fraîche qui sont venus me voir. Il y a eu également ceux du quartier Rabah Timsit. La situation dans laquelle se trouvent ces familles est délicate. Il faut rappeler que le plus grand problème dont ils souffrent est certainement l’exiguïté et l’insalubrité des logements qu’ils occupent. Quand vous visitez ce bloc de maisonnettes, vous verrez que certains ont construit en hauteur.

C’est interdit par la loi et ça reste dangereux. Nous faisons notre possible pour trouver une solution qui satisfera tout le monde. Je rappelle que l’APC de Oued Korich est au courant des autres problèmes qu’ils ont, comme le réseau d’assainissement qui n’est plus suffisant pour contenir les déversements de tous les logements. J’ai sollicité les services d’un bureau d’études pour régler le problème.

Nous avons, par ailleurs, effectué un pré-recensement. Une commission chapeautée par la daïra de Bab El oued devrait se rendre sur terrain dans les plus brefs délais.

– Seulement 25 familles de Diar El Karmoud ont bénéficié durant les années 1990 de relogement. Aujourd’hui, ce sont plus de 400 familles à vivre dans 205 maisons. Les habitants demandent des explications au sujet de cette situation, que pouvez-vous leur dire ?

Si je me rappelle bien, le quota le plus important dont a bénéficié la commune de Oued Korich est de 120 logements. Nous avons demandé une opération de relogement uniquement pour ce quartier. Si nous suivons le quota dit classique, il touchera une centaine de familles pour l’ensemble de la commune. Quand on me dit que seulement 25 familles de Diar El Karmoud ont été relogées, je trouve que c’est un taux acceptable.

La dernière opération remonte à 2012. 100 familles ont été relogées à Souidania. En 1986, 80 familles ont également eu de nouveaux logements. Je rappelle également que nous avons des sites aussi très importants, à titre d’exemple celui de Scala où la population est très dense. Beau fraisier aussi a une population très importante, mais je précise que Climat de France représente le tiers de la population de la commune.

Je le redis encore une fois, notre commune a besoin d’une opération de relogement à elle seule. Les dossiers s’entassent depuis 2014. Après 6 ans, le nombre de demandeurs est devenu très important. Nous espérons pour cette année 2020 avoir une opération et un quota important qui comblera et allégera la pression sur la commune.

– En plus de Fontaine fraîche, quels sont les autres quartiers de la commune qui rencontrent des problèmes liés au logement ?

Tout d’abord, comme j’ai dit, il y a le quartier de Climat de France. Là-bas, la surpopulation est très importante. Vous trouverez trois voire quatre familles dans 16m².

Nous avons aussi Diar El Kehf. C’étaient des cellules de 17m². La wilaya a procédé à une opération dite de requalification. Ces habitations sont d’une superficie de 36m² mais il n’en demeure pas moins que c’est surpeuplé.  C’est un sujet très compliqué à gérer, surtout lorsque la commune compte une population qui dépasse les 40 000 habitants.

– Youcef Chorfa vient de prendre la direction de la wilaya, succédant à Abdelkhalek Sayouda. Ce premier étant ancien ministre de l’Habitat et ancien wali. Comment voyez-vous sa mission et comment voyez-vous la collaboration avec lui ?

Sa mission ne va pas être de tout repos. Il doit faire face à de nombreux problèmes, parmi eux le logement qui est la plus grande préoccupation des citoyens non pas de Oued Korich, mais de toute la capitale. S’il réussit à gérer deux dossiers très lourds, à savoir le logement et le travail, là son travail sera vraiment sur de bons rails.

En tant qu’élu à l’APC, je souhaite vraiment que l’on puisse avoir plus d’emprise, plus de facilité et avoir un champ d’action qui touche tous les secteurs. Nous sommes en première ligne face aux citoyens. Ils attendent de nous le meilleur, car ils nous ont choisis, c’est l’élu qui est en première ligne. Il vit face et avec le citoyen. Il connaît les vrais problèmes des citoyens. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!