Postes, banques, locaux commerciaux… : Les files d’attente gagnent les trottoirs | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Postes, banques, locaux commerciaux… : Les files d’attente gagnent les trottoirs

30 juin 2020 à 9 h 15 min

Depuis l’allégement des mesures de confinement et le rétablissement du transport des voyageurs, l’affluence sur les administrations et les commerces est devenue plus importante.

Dans différents endroits de la capitale, les trottoirs ne sont plus pour les piétons, mais pour les dizaines de clients qui attendent leur tour de se faire servir. Une véritable corvée sous la chaleur de ces derniers jours de juin, exceptionnellement humides et caniculaires. Bureaux de poste, agences bancaires et certaines administrations, commerces de vêtements et autres objets ne donnent guère envie de s’y rendre.

De nombreuses personnes font la chaîne sous la contrainte ou la nécessité de régler des factures d’électricité, de téléphone et internet, retrait d’argent, etc. Les consignes de sécurité contre la propagation de la pandémie n’y sont pas forcément respectées.

Étant en dehors des locaux commerciaux et agences en question, les agents chargés d’appliquer les mesures de prévention ne veillent pas sur le port des bavettes et le respect des mesures de distanciation sociale. «Et tout le problème est là ! », s’exclame un homme d’un certain âge, se disant déçu du comportement de certains individus. «J’ai été payé ma facture d’électricité. La queue était interminable.

C’était compréhensible après plus de trois mois de confinement. Mais le laisser-aller de certains clients est décourageant…», raconte-t-il. Devant le siège d’Air Algérie, c’était le même scénario. Des clients presque collés les uns aux autres, certains sans bavettes ou, au mieux, mise sous le menton. Les mesures de prévention étaient scrupuleusement respectées en accédant à l’agence, mais dans la longue procession de clients qui attendaient dehors des heures durant, c’est l’anarchie totale.

Certains estiment que l’intervention de policiers serait judicieuse pour rappeler à l’ordre certains réfractaires, d’autres, imputent ce laisser-aller à l’inconscience d’une catégorie de citoyens. Les plus exigeants se demandent pourquoi ne pas appliquer le système de rendez-vous par plages horaires pour éviter la formation d’incontrôlables rassemblements.

Dans les commerces, force est de remarquer que des écriteaux rappelant la conduite et les bons gestes à prendre pour éviter le risque de contamination sont affichés. Mais cela est loin d’être suffisant. A l’entrée de nombreuses boutiques, l’on trouve des femmes, hommes et enfants en train d’attendre pour pouvoir entrer sans dépasser le nombre maximum exigé. Mais en attendant leur tour, des clients se regroupent dangereusement et ne sortent leurs masques qu’une fois leur tour d’accéder dans le magasin est arrivé.

Des commerçants, interrogés, ont affirmé avoir effectué des traçages à l’entrée de leurs boutiques pour faire respecter la distanciation sociale, mais ne pouvaient avoir un œil à l’intérieur et un autre à l’extérieur de leurs commerces.

En d’autres termes, le casse-tête ne se pose pas au sein des commerces et autres agences, mais dans la conscience des citoyens censés respecter les consignes même dans les lieux publics sans gardien, ni agent.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!