Localité de Souachet : La nouvelle cité sans crèche   | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822


  • Pub Alliance Assurance



Localité de Souachet : La nouvelle cité sans crèche  

15 août 2019 à 8 h 44 min

A Souachet, une cité a été récemment construite. Cette dernière a accueilli près d’un millier de familles recasées dans le cadre des opérations de relogement lancées par la wilaya.

Cependant, l’absence d’une crèche pénalise les nouveaux habitants, qui sont contraints de se rabattre sur les crèches des communes limitrophes. «Avant d’aller au travail, je suis obligée de passer par Rouiba pour déposer mes enfants dans la crèche communale», confie une résidente de la cité. La capacité d’accueil de cette crèche étant limitée, les parents des enfants préfèrent déposer leur progéniture dans les garderies et les crèches de leurs anciens lieux d’habitation, ou carrément dans des nurseries improvisées dans les appartements de la cité. «Je dépose ma fille de deux ans dans une nurserie qui se trouve dans la cité, c’est une femme au foyer qui se charge de garder les enfants», assure une enseignante. D’autres parents préfèrent déposer leurs enfants dans des crèches se trouvant à Bordj El Kiffan, à Heuraoua, ou encore à Alger-centre, «au moins j’ai mes parents qui habitent à proximité de la crèche. En cas de problème ils sont sur place.

Ils peuvent intervenir à tout moment», affirme-t-elle. Cette situation prévaut également dans la plupart des nouvelles cités de la capitale. Réalisés récemment, ces lieux d’habitation accusent un manque flagrant en matière de structures et d’établissements devant faciliter la vie des résidents. «La cité a été réalisée en l’espace de quelques mois seulement.

Mais, paradoxalement, elle n’a été pas été dotée de structures telles que les crèches, les centres de santé ou encore les maisons de jeunes et les centres culturels», déplore un résident, qui lance un appel aux autorités compétentes afin qu’elles comblent ce déficit. «Les assiettes foncières ne manquent pas au niveau de la cité. Les pouvoirs publics ont réservé des parcelles qu’ils ont entourées de haies sur lesquelles des écriteaux ont été placardés, indiquant que ces parcelles sont réservées pour tel ou tel équipement public», soutient un habitant de la cité.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!