Lait en sachet : La distribution à l’origine de la pénurie | El Watan
toggle menu
vendredi, 24 janvier, 2020
  • thumbnail of elwatan23012020

Lait en sachet : La distribution à l’origine de la pénurie

14 janvier 2020 à 9 h 03 min

L’absence de contrôle à donné lieu à des pratiques commerciales illégales qui pénalisent le consommateur.

La pénurie du lait en sachet refait surface dans certaines communes de la capitale, pénalisant les citoyens qui se rabattent sur le lait conditionné dans des boîtes en carton. D’après M. Zebdi, président de l’Association de la défense des consommateurs, «les causes de cette pénurie peuvent être  variables. Néanmoins, il est nécessaire d’en déterminer les contours après une enquête sur le terrain.

D’un point de vu purement méthodologique et pour plus d’efficacité, un travail d’investigation est incontournable», explique-t-il. Selon M Zebdi, «en tant qu’organisme d’accompagnement, nous détenons des informations avérées que des distributeurs ne respectent pas la feuille de route qui leur est imposée. Des camions chargés de quantités de caisses de lait écoulent leur marchandise en dehors de la capitale et à un prix plus élevé», confie-t-il.

A l’est de la capitale, les habitants de certaines localités n’ont pas vu un sachet de lait depuis trois mois. La pénurie est provoquée, car des distributeurs sans scrupules font des distinctions entre les détaillants. Ils fournissent certains et en privent d’autres. Les quelques commerçants qui sont approvisionnés se retrouvent donc dans une position de monopolistes. Ils imposent ainsi des prix élevé : «J’achète le sachet de lait à 30 DA.

Alors que le prix du lait est en principe codifié», déplore un habitant de la cité Dergana. A Belouizdad, le lait en sachet se vend également à 30 DA. Des chargements entiers de camions sont vendus à des revendeurs qui écoulent le lait sur les trottoirs de la ville à 30 DA. «Le lait est vendu dans les camions, il n’est même déchargé», soutient un habitant de la rue Bouchenafa. Ce genre de pratique et devenu courant, si bien que les consommateurs ont pris le pli.

«Il est vraiment rare de trouver du lait dans les commerces d’alimentation générale. Le lait se vend sur les trottoirs, majoré de 10 DA. Pour lutter contre toutes ces pratiques, il faut conjuguer tous les efforts des différents  intervenants, nous pouvons faire un travail d’accompagnement avec les institutions officielles, à l’instar de la direction du commerce et des services de sécurité. Ce travail aura le mérite de juguler ces pratiques commerciales illégales», confie M Zebdi.

En attendant qu’une enquête sérieuse soit diligentée, le citoyen continue de subir les méandres de cette situation pénalisante. «Cette situation profite aux producteurs de lait conditionné dans les boîtes en carton. On est en droit de nous poser ce genre de question car la pénurie perdure depuis des mois. Mais entre 25 et 100 DA, il y a une sacrée marge. Et cela profite aux gros industriels qui ont le monopole du conditionnement du lait», reproche-t-il.

Le problème de la pénurie du lait en sachet n’est donc pas lié à la production ou à la réduction des quantités de la poudre de lait, mais c’est un problème lié directement à la distribution. Il faut trouver les mécanismes adéquats pour réorganiser ce secteur. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!