Interruption du trafic du Tramway : Une semaine de perturbations   | El Watan
toggle menu
vendredi, 15 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


Interruption du trafic du Tramway : Une semaine de perturbations  

04 septembre 2019 à 8 h 37 min

En dépit de la mise en place par la Setram d’un dispositif de remplacement par des bus de l’Etusa, les perturbations qui ont affecté le trafic du tramaway depuis une semaine ont pénalisé les usagers. Ces derniers se sont rabattus pour la plupart sur les taxis clandestins et autres moyens de transport de substitution.

Rappelons qu’à l’origine de cette situation, qui dure depuis maintenant une semaine, il y a eu une contestation des riverains. Pour exprimer leur mécontentement, ces derniers bloquent le passage aux tramways des heures durant, voire des journées entières. Si la contestation sociale est tout à fait légitime, la prise en otages des voyageurs en est l’expression méprisante.

«Cela fait une semaine que nous subissons les retombées de ces contestations», déplore un usager, et d’ajouter : «Même si la Setram met à chaque fois des bus de remplacement, il n’en demeure pas moins que les premières vagues de voyageurs sont toujours contraintes de prendre des taxis clandestins, ce qui leur revient cher.»

La rentrée sociale a été, à l’est de la capitale, troublée par ces démonstrations de rue qui ont chamboulé les habitudes des usagers. Des milliers de travailleurs et d’étudiants, qui se déplacent chaque matin au centre ville, trouvent d’énormes difficultés à rejoindre leur lieu de travail ou leur établissement scolaire pour les inscriptions, «cela fait exactement une semaine que j’arrive en retard au bureau. J’ai eu un avertissement au dossier», confie un usager.

Un étudiant concerné par les examens de rattrapage nous dira avec exaspération : «Même si le tramway reprend du service, je suis obligé de prendre mes précautions. C’est-à-dire prévoir de quoi payer un taxi. Sinon je vais me rabattre sur l’auto- stop, car je ne dois manquer aucun examen.»

Outre les perturbations qu’a connues le trafic du tramway, le chemin de wilaya 149, qui relie la localité de Ben Zerga à celle de Souachet, connaît périodiquement des blocages. Pas plus tard qu’hier, les habitants de Houch Ben Ziane, un quartier qui se trouve sur cet important axe routier, ont bloqué le passage aux voitures durant toute la matinée. Il s’en est suivi un embouteillage qui s’est étendu sur plusieurs kilomètres à la ronde. Il s’en est fallu de peu pour que des échauffourées n’éclatent entre automobilistes et citoyens frondeurs.

La même situation prévaut également sur la RN 24, où des manifestants recourent régulièrement à la fermeture de cet axe routier névralgique. Ce sont, bien entendu, les automobilistes qui en payent le prix, «la RN 24 est tout le temps sujette à ce genre de protestations. Les automobilistes sont souvent pénalisés, car ils se retrouvent coincés, ils ne peuvent ni avancer ni rebrousser chemin. Il arrive que la route soit coupée à la circulation deux jours de suite», confie un habitant de la cité Faïzi, un quartier qui se trouve aux abords de la RN 24. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!