Commémoration de Yennayer : La famille algéroise à l’heure des célébrations | El Watan
toggle menu
lundi, 18 janvier, 2021
  • thumbnail of elwatan22112020




Commémoration de Yennayer : La famille algéroise à l’heure des célébrations

13 janvier 2021 à 9 h 58 min

La double dimension culturelle et historique que revêt Yennayer, diversement célébrée dans toutes les villes d’Algérie, est mise en valeur à Alger par la célébration de la tradition et des rites populaires dans les atmosphères chaleureuses des réunions familiales, empreintes de joie et de convivialité.

Selon l’archéologue-ethnographe et actuelle directrice du Musée public national des arts traditionnels et populaires (Mnatp), Farida
Bakouri, chaque famille algéroise célèbre Yennayer «selon les rites ancestraux propres à ses origines», dans une ambiance festive, ravivant notamment la tradition culinaire du fameux dîner du Nouvel An berbère, communément connu sous l’appellation de «Imensi n umenzu n’Yennayer».

Chez certaines familles, ajoute l’ethnographe, le traditionnel couscous, passé à l’huile d’olives et préparé avec une variété de légumes, est généralement accompagné du sacrifice (asfel) d’un coq, un rite ancestral pour purifier la nouvelle année de tout esprit maléfique. Ce grand banquet est ensuite «réparti en trois groupes» où les hommes, les femmes et les enfants se mettent séparément autour de grandes assiettes communes avec «des cuillères plantées dans le couscous pour marquer et honorer la présence de chacun», explique-t-elle encore.

Na Saâdia, une habitante de la capitale, explique que la préparation de ce dîner copieux, autour duquel parents et enfants, oncles et tantes, cousins et cousines se réunissent, se fait «avec les cotisations de tous» pour se dérouler chaque année, après la disparition des grands-parents, «chez l’un des chefs de famille proches» dont c’est le «tour d’accueillir chez lui la soirée de ce grand événement». «Des plats de tighrifines» (crêpes) et une soupe à base de pois chiches, de fèves séchées et de viande hachée», sont ensuite servis, avant de passer au rite du «trez», où les enfants, les plus jeunes notamment, s’assoient à l’intérieur d’une grande assiette et se font déverser sur la tête «un flot de bonbons et toutes sortes de friandises pour augurer d’une année pleine de richesses, de joies et de réussites», ajoute la doyenne de la famille.

Cérémonial du «trez»

Une fois le cérémonial du «trez» terminé, chaque membre de la famille enfile sa plus belle tenue traditionnelle pour participer à un ensemble d’activités en lien avec la célébration de Yennayer, à l’instar de la «reconstitution de la légende de thamgharth» ou «laâdjouza» (la vieille), à travers des chants ou des jeux de rôles, la «déclamation de poésies» ou d’«histoires anciennes» sur le travail de la terre et la récolte des olives, a-t-elle dit. Toutefois, les rites relatifs à Yennayer ne semblent pas «évoluer à la même vitesse», car si le volet culinaire se perpétue sans peine en s’adaptant aux nouvelles habitudes gastronomiques, d’autres traditions sont «délaissées ou simplement en passe d’être oubliées», a fait remarquer la directrice du Mnatp. Ainsi, et selon elle, qu’en est-il de la maison qui se voulait totalement nettoyée comme pour la purifier ?

Ce qui n’est pas sans rappeler cette coutume de «dalete essaboune», pratiquée par la population de La Casbah d’Alger à l’approche du Ramadhan, ou encore la «nécessité d’achever impérativement», ce jour-là, toute tâche ménagère ou travail manuel entamé. Si ce patrimoine commun qu’on tient en héritage du passé subsiste encore, les générations suivantes, désormais gérantes et garantes de cette mémoire, ont la lourde responsabilité de non seulement le préserver, mais aussi et surtout de le valoriser et le promouvoir, de l’avis de différents participants à des expositions célébrant Yennayer à Alger.

L’inscription de «Yennayer» et des rites qui accompagnent sa célébration sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ne serait, par conséquent, qu’un aboutissement naturel et légitime, après sa reconnaissance comme fête nationale officielle, poursuivent les exposants. Yennayer, qui signifie «premier jour du mois», est le premier jour de l’an du calendrier agraire amazigh qui correspond au 12 janvier du calendrier grégorien.

Il est fêté dans toute l’Afrique du Nord et jusqu’aux Iles Canaries où subsistent des survivances de la tradition berbère, ainsi que dans certaines régions du Sahel.

L’Algérie est le premier pays d’Afrique du Nord à réhabiliter Yennayer, consacré journée chômée et payée depuis 2018, sans doute une «avancée significative dans la réhabilitation des fêtes propres au peuple algérien», conclut Farida Bakouri.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!