Anarchie au centre-ville de Rouiba : Les mesures sanitaires bafouées | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Anarchie au centre-ville de Rouiba : Les mesures sanitaires bafouées

21 septembre 2020 à 10 h 24 min

A Rouiba, dans l’est de la capitale, les marchands informels et autres commerçants occasionnels ont élu domicile dans le centre névralgique de la ville, en l’occurrence un sens giratoire qui épouse les contours du marché couvert de fruits et légumes. Dès potron-minet, les premiers marchands arrivés sur les lieux se partagent les portions de trottoirs. Les retardataires installent, quant à eux, leurs étals n’importe où, y compris dans une placette réservée aux déplacements des piétons.

Les marchands informels n’hésitent pas à utiliser les bancs publics comme étals pour leurs marchandises. En ces temps de pandémie, les trottoirs grouillent de clients qui débordent sur la chaussée, obligeant les automobilistes à ralentir. Un bouchon se crée dans cet énorme sens giratoire, qui compte plusieurs ruelles et venelles, formant des embouteillages qui atteignent plusieurs centaines de mètres à la ronde et qui a une incidence négative sur toute la ville. Une indescriptible anarchie règne dans le lieu, lui conférant des allures de souk et non d’agglomération organisée. Le déplacement des piétons s’entremêle avec celui des voitures dans le déni le plus total des règles de distanciation physique, «certains citoyens ne croient même pas à l’existence de la maladie. D’autres y mettent un peu de conviction mais sans plus, car ils ne portent même pas de bavettes.

Où sont les autorités pour arrêter tout ça ?» s’interroge un habitant de Rouiba. Et de conclure : «Si les citoyens ne respectent pas les règles sanitaires, c’est aux autorités compétentes d’en imposer le respect. Car tout compte fait, se sont les innocents, tels que les enfants ou les veilles personnes, qui en payent le prix, d’où la nécessité d’imposer un respect strict et rigoureux des règles de distanciation physique ainsi que le port du masque.» Il est vrai que l’on peut reprocher aux citoyens les plus inconscients leurs comportements, mais les pouvoirs publics le sont encore plus, car ils ont toléré l’installation de marchands informels qui attirent un grand nombre de clients.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!