Alger-Centre : «Mur de la liberté», une grande œuvre artistique en plein air | El Watan
toggle menu
lundi, 20 mai, 2019
  • thumbnail of 20190520

Alger-Centre : «Mur de la liberté», une grande œuvre artistique en plein air

14 mai 2019 à 8 h 19 min

C’est dans la rue Hamadachi Mohand Idir, commune d’Alger-Centre, que se trouve le mur de la liberté qui porte, fièrement, l’intitulé de «Voix du peuple». Grâce à des jeunes artistes, un mur nu peint à la chaux est transformé en une œuvre picturale.

Dans le premier carré, il est dessiné le drapeau national, un symbole de la liberté et un écriteau en arabe : «Vous êtes confrontés à une génération qui vous connaît très bien, et que vous, vous ne connaissez pas.» Un message exprimé simplement, mais véhiculant une vérité lourde de sens.

Sur ce mur, qui longe des escaliers d’une rue connectée au boulevard Mohamed V, les jeunes artistes, des amateurs pour la plupart d’entre eux, ont réussi à représenter les aspirations d’une jeunesse jusque-là marginalisée et réduite au silence. Il suffit de regarder, avec discernement, les desseins, les couleurs et les motifs appliqués pour s’apercevoir de la grande culture de la jeunesse algérienne, sa conscience et son engagement.

Ce mur, grâce à l’initiative d’en faire un tableau artistique en plein air, plaide pour l’espoir et fait une halte sur la revendication identitaire.

Mama africa, Ici Mezeghena, Mosquée des musulmans sont, entre autres, références qui en ressortent. L’amour du pays, sa prospérité, son unité y occupent une bonne place. L’état d’âme du peuple, sa souffrance et ses aspirations sont bien reflétés. Dans un arbre aux troncs déployés, il a été mentionné intelligemment : «Si vous voulez nous enterrer, nous sommes des graines», «Accepte ta part et non pas ta réalité».

Bref, on y trouve de tout et cette œuvre artistique géante converge, malgré les différents et multiples messages et idées exprimées, vers la nécessité d’écouter le peuple, lui ouvrir la voie, mais surtout le respecter et être à la hauteur de ses sacrifices et de la souffrance qu’il a subie.

Au lancement de ce «chantier» unique en son genre, les badauds étaient interloqués. Les piétons s’attardaient devant les jeunes garçons et filles munis de palettes et de pinceaux, les plus curieux ne pouvaient pas s’empêcher de les interroger sur leur œuvre. Après quelques jours de travail, le résultat était fabuleux.

La muraille récupérée récemment après des travaux de réhabilitation est devenue un lieu de recueillement. Les jeunes artistes n’ont pas fait qu’exposer leur talent de dessinateurs, Ils ont aussi fait preuve d’un grand civisme, en nettoyant les lieux à leur arrivée et en laissant leur place propre avant de partir.

Sur un panneau portant le nom de «Freedom wall», il est expliqué, aux nombreuses personnes appelées à s’attarder sur les lieux, la ligne directrice du mur de la liberté. «Le contenu privilégie les messages de paix, d’espoir et de réveil des consciences.

Vous êtes priés de considérer avec respect les valeurs culturelles algériennes, s’abstenir de messages choquants ou incitant à la haine. Ce mur est le nôtre, préservons notre liberté.»

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!